Santé 1,4 million d’euros dégagé pour les soins de santé mentale pour adultes.

De nouveaux budgets ont été approuvés pour améliorer le domaine de la santé mentale des adultes. 1,4 million d’euro du budget total approuvé pour les soins de santé en 2019 y sera alloué.

Il y aura "davantage d’équipes mobiles pour permettre du travail sur mesure dans les soins de santé mentale", note-t-on au cabinet de la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block. Cette somme devrait permettre à huit équipes mobiles d’être créées. Ces équipes mobiles, généralement constituées de psychiatres, infirmiers psychiatriques et psychologues interviennent en cas de crise (mais pas d’urgence) en milieu de vie d’un patient atteint d’un trouble psychologique ou psychiatrique, dès 16 ans parfois, comme au CHC de Liège.

Actuellement, selon le cabinet de la ministre, 45 équipes mobiles sillonnent la Belgique et aident près de "5.000 patients" dans le besoin. Le cabinet de la ministre, par la voix de sa porte-parole, Audrey Dorigo, précise : "Ce chiffre provient d’une estimation effectuée sur la base d’enregistrements volontaires. Pour pouvoir disposer de données plus détaillées, les équipes mobiles devront bientôt enregistrer leurs activités de manière systématique."

Ils espèrent, bientôt, "avoir une meilleure vue sur les différentes formes de soins (admissions à l’hôpital, consultations externes, consommation de médicaments…)" et ce, "pour permettre de poursuivre l’amélioration de la qualité des soins pour les patients".

D’après Maggie De Block, "l’utilisation d’équipes mobiles est très importante pour les patients. En étant soignés dans leur environnement familier, on leur évite de devoir être hospitalisés et ils peuvent plus facilement reprendre une place active dans la société, pendant et après leur traitement." Elle poursuit : "Autre avantage, ces équipes atteignent bien souvent des personnes qui autrement ne chercheraient pas accéder aux soins dont elles ont besoin."

La santé mentale des Belges est un sujet qui concerne toute la population. Et pour cause, selon les statistiques, un Belge sur trois souffrira, au cours de sa vie, d’un trouble mental. Une enquête menée en 2014 par Sciensano, anciennement Institut scientifique de Santé publique (ISP), démontrait, au niveau national, qu’"une personne sur trois (32 %) âgée de 15 ans et plus manifeste des difficultés psychologiques qui reflètent un certain mal-être".