Santé Ces douleurs bénignes du jeune enfant (entre 3 et 5 ans puis entre 8 et 12 ans) se manifestent en soirée ou la nuit.

"Je passe des nuits horribles depuis deux semaines", explique Hélène, maman de deux enfants. "Mon fils de 5 ans pleure à chaudes larmes certains soirs et se plaint de douleurs aux jambes." La lectrice, fidèle à La Dernière Heure, détaille, par téléphone : "Ces soirs-là, je dois masser et apaiser les zones qui le font souffrir. Je ne peux rien faire d’autre. On doit attendre que les douleurs passent. Les médecins disent que ce sont des douleurs de croissance et que c’est tout à fait bénin. Mais quand je vois mon fils souffrir de la sorte, je me dis que c’est vraiment douloureux. Alors, on a décidé de donner un peu de paracétamol pour calmer les douleurs et lui permettre de dormir. Je ne pensais pas que ces pics de croissances pouvaient être aussi impressionnants !"

On estime qu’un enfant sur cinq souffre de douleurs dites de croissance. L’enfant qui ressent ces douleurs va se plaindre de maux au niveau des jambes et, plus précisément, du tibia. Il s’en plaint le soir, ou la nuit, lorsque son corps est au repos. Seuls des étirements, des massages et exercices de relaxation peuvent rassurer et apaiser l’enfant qui est réveillé la nuit. Un soutien médicamenteux peut être recommandé par le médecin généraliste ou le pédiatre si les étirements et massages ne s’avèrent pas être des alliés suffisamment efficaces contre les plaintes de l’enfant. Il s’agira alors d’un traitement à base de paracétamol pour atténuer les douleurs.

Selon divers spécialistes pédiatriques, ce sont des douleurs tout à fait bénignes, qui passent avec le temps. Elles toucheraient souvent des enfants fort actifs. Ces douleurs ne sont pas chroniques et deviennent vite un mauvais souvenir.

Elles doivent cependant inquiéter si elles deviennent chroniques, si les douleurs sont accompagnées de douleurs à d’autres endroits et si elles surviennent chez l’enfant de moins de trois ans de façon répétée. Si de la fièvre accompagnent les plaintes physiques et que la douleur persiste la journée, cela constitue également un motif d’inquiétude. Dans ces cas-là, une visite chez le pédiatre est vivement recommandée.