Santé Les gynécologues et obstétriciens de Lille se sont retrouvé face à un cas clinique extraordinaire : un foetus a bloqué avec son dos un trou qui s'était formé dans la poche amniotique.
    

C'est le Blog des Réalités biomédicales du Monde qui a rapporté les faits, parus dans un article de l'European Journal of Obstetrics, Gynecology, and Reproductive Biology début juin.

La jeune femme de 31 ans ressentait des douleurs intenses du ventre à l'épaule. Malgré la prise d'antalgiques, la douleur ne diminuait pas. Après un angioscanner, le radiologue a été formel : la patiente présentait une rupture utérine.

Les radios montraient que le foetus se présentait en position assise, de telle manière que son dos faisait face à la paroi antérieure de l'utérus. Le dos était "aspiré" par la brèche utérine, produisant un effet de succion. Ce cas clinique est exceptionnel.

« Il s’agit d’un cas extraordinaire de rupture utérine où le bébé s’est sauvé lui-même ! L’aspiration complète du dos [du bébé] à travers la brèche a empêché une hémorragie, un prolapsus du cordon ombilical et une fuite de liquide amniotique, et par conséquent permis d’éviter des complications maternelles ou fœtales », soulignent le Dr Charles Garabedian et ses collègues dans leur article.

La mère a dû subir une césarienne d'urgence. Le foetus, âgé de 36 semaines, a été extrait sans encombres. La mère et l'enfant se portent bien.

Le bébé n’a pas fait de complications à la naissance. Il présentait cependant une grosse bosse dans le dos du fait de l’importante aspiration de la région lombaire à travers la brèche utérine. Cette boursouflure, due à un œdème volumineux, s’est résorbée d’elle-même en quelques heures », précise le Dr Charles Garabedian, obstétricien à l’hôpital Jeanne de Flandre (CHRU de Lille).

« Par dessus tout, ce cas clinique montre qu’un fœtus est capable de se sauver en même temps qu’il peut sauver sa mère », a-t-il ajouté.

© Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille