Sexualité Certaines femmes hétérosexuelles s’échangent des baisers fougueux. Cela ne brise pas forcément leur couple… Fricoter avec un partenaire du même sexe ne serait donc pas de l’adultère ?

Le girl-on-girl kiss est aujourd’hui une pratique courante autant chez les collégiennes que chez les stars. Or, si pour la plupart des couples, embrasser, c’est tromper, la réponse semble beaucoup moins claire quand il s’agit de deux femmes hétérosexuelles qui s’échangent un baiser… Il faut dire que ce genre de pratiques est très médiatisé, et souvent présentée comme une manière d’attiser le désir des hommes.

D’ailleurs, selon une étude universitaire américaine parue en 2012, autant les hommes que les femmes percevraient deux femmes qui s’embrassent dans un lieu public comme plus vraisemblablement hétérosexuelles que bisexuelles ou lesbiennes, sauf si l’endroit est clairement connoté homosexuel - un bar gay et lesbien par exemple. Ainsi, un baiser entre femmes ne serait pas nécessairement perçu comme l’expression d’un désir sexuel. On comprend donc mieux pourquoi cette pratique est vécue moins systématiquement comme un coup de canif dans le contrat de mariage.

Mais qu’en est-il lorsque les choses vont plus loin ? Est-ce qu’une relation extraconjugale avec quelqu’un du même sexe est moins perçue comme un adultère que si la personne est de l’autre sexe ? La question intéresse de plus en plus de scientifiques, et les études concernant l’infidélité homosexuelle dans les couples hétérosexuels se multiplient. Elles ont déjà révélé que les femmes sont plus perturbées par ce cas de figure que les hommes qui s’en accommodent plus facilement. Toutes s’accordent pour dire que, des deux côtés, la jalousie est moins forte quand la relation adultère est avec quelqu’un du même sexe.

Plus récemment, des chercheurs américains ont cherché à approfondir la question en se penchant sur les réactions face à ce genre de situations. Pour ce faire, ils ont demandé aux quelque 285 participants de lire des histoires fictives où un individu hétérosexuel trompait son partenaire en couchant avec quelqu’un du même sexe ou du sexe opposé. Ils devaient ensuite décrire comment ils se sentiraient et comment ils réagiraient s’ils étaient à la place du cocu.

Les résultats sont clairs : les hommes ressentiraient moins de colère si leur femme les trompait avec une femme. Certains iraient même jusqu’à trouver ça excitant… en tout cas beaucoup plus qu’imaginer leur femme dans les bras d’un autre homme. Enfin, la plupart y voient bien moins de raisons de mettre fin à leur relation qu’un adultère "classique". Pour les femmes par contre, trouver leur mari dans le lit d’un autre est motif de rupture : elles y verraient une preuve irréfutable que leur homme est gay. Là aussi, ce serait une question de culture médiatique : les hommes sont sans doute plus tolérants face à l’adultère homosexuel de leur femme parce que les médias ont tendance à fétichiser ce genre de comportements, et à le présenter comme une friandise pour le plaisir des hommes…


ADULTERE: Les clefs d’Alexandra

L’adultère est un sujet délicat, qui concerne de nombreux couples. Voici quelques vérités qu’il est bon de rappeler à son sujet.

Avoir envie de quelqu’un d’autre n’est pas nécessairement un problème. Ressentir du désir pour quelqu’un d’autre que son partenaire officiel n’est pas nécessairement inquiétant, ce serait même plutôt classique. Tout dépend ce que vous décidez d’en faire : une simple envie qui passe, ou une tentation qui vous pousse à passer le cap.

Un couple peut survivre à un adultère. Même s’il est souvent vécu comme une trahison, l’adultère ne sonne pas nécessaire le glas d’une relation… Un couple peut passer au-dessus de ce genre d’épreuve, à grand renfort de communication et de travail sur la confiance.

Les hommes et les femmes n’ont pas la même vision de l’adultère. En ce qui concerne la définition de l’adultère, les hommes et les femmes ne sont pas toujours d’accord : les premiers semblent plus sensibles à l’infidélité corporelle - le rapport sexuel en lui-même -, et les secondes à l’émotionnelle - le sentiment amoureux. Cette différence aurait selon certains scientifiques des origines biologiques : en voyant un homme marquer un intérêt émotionnel pour une autre qu’elle, une femme décèlerait un danger de perdre les ressources que l’homme est censé lui fournir - nourriture, confort, protection. Un homme, lui, serait plutôt sensible au risque de devoir assumer la paternité de l’enfant d’un autre que lui… Connaître cette différence de perspective peut aider à se comprendre.

Retrouvez toutes les clés d’Alexandra sur son site : www.sexopositive.be