Sexualité L’attrait pour l’univers du X est parfois plus fort que les conditions précaires.

En Belgique, l’univers des films porno à niveau professionnel est très confidentiel. Peu d’acteurs et de producteurs sont sur le marché. Il n’y a pas, selon eux, de"concurrence" comme en France ou dans les pays de l’Est. "On s’entraide" , explique David Beffer, un des rares producteurs belges de films à contenu pornographique. "Il n’y a pas d’esprit de compétition."

Les acteurs masculins, à niveau professionnel sont "rares", à en croire les producteurs qui jonglent avec les mêmes. En revanche, les filles sont plus nombreuses. "Il y a un turn-over plus important chez les filles", constate le producteur. "Malgré les conditions précaires, l’étiquette qui va les suivre et les conséquences liées (NdlR : problèmes de garde d’enfant, notamment), beaucoup veulent se lancer dans l’aventure. L’univers du X n’est pas tendre, mais il fait rêver."

Les jeunes femmes sont choisies par les producteurs en fonction de leur physique, de leur volonté à faire des films, mais aussi selon leur notoriété ! "On choisit une actrice aussi sur base du nombre de ses fans sur les réseaux sociaux", admet David Beffer. "D’abord dans l’espoir que ses fans suivent. Et puis, ensuite, parce qu’elle postera des photos du tournage ou annoncera le film, ce qui les amènera à nous regarder."

(...)