Sexualité En cas de rupture, celui qui s’est fait larguer ressent souvent de la colère contre son ex… Sauter dans le lit d’un nouveau partenaire permet-il de se sentir mieux ?

La fin d’une relation se fait rarement de manière unilatérale : bien souvent, c’est l’un des partenaires qui la provoque. Celui qui est laissé pour compte a parfois tendance à en vouloir à son ex : le lui faire payer peut paraître tentant… Sauter sous la couette avec nouveau partenaire lui donnerait certainement une bonne leçon, non ? Et le ferait peut-être même revenir ? De toute façon, une bonne galipette ne peut que faire du bien quand on se sent seul, n’est-ce pas ?

C’est ce qu’a voulu vérifier une équipe de chercheurs américains en tentant de déterminer si le "sexe comme revanche" - celui destiné à se venger de son ex ou à le récupérer - et le "sexe comme pansement" - celui destiné à se sentir mieux - étaient courants, et surtout, si ils fonctionnaient.

Pour ce faire, ils ont interrogé 170 étudiants actuellement célibataires, mais dont la dernière relation s’était terminée depuis moins d’un an - la plupart avait rompu environ quatre mois avant le début de l’étude. Après avoir complété un questionnaire à propos de leur récente rupture, essentiellement pour déterminer s’ils étaient le largueur ou le largué, ils ont répondu toutes les semaines durant un semestre à des questions à propos de leur estime d’eux-mêmes, leur état d’esprit, leur comportement sexuel, et les raisons pour lesquelles ils avaient des relations sexuelles.

Selon les résultats récemment publiés dans les Archives of Sexual Behavior, plus d’un tiers des interrogés disent avoir tenté de se consoler sous la couette avec un autre partenaire, et presque un quart avoir utilisé le sexe comme arme de vengeance, dans le mois suivant la rupture. La fréquence de ce genre de comportements semble diminuer au fil des mois, plus le temps passe après la rupture. La motivation à trouver de nouveaux partenaires sexuels, et de manière plus fréquente, semblerait donc plus élevée chez certains juste après la fin d’une relation.

Mais est-ce que ça fonctionne ? Apparemment, pas vraiment. L’étude montre que ceux qui entretiennent des relations avec des nouveaux partenaires après une rupture ne sont pas moins déprimés, moins en colère ou mieux dans leur peau que les autres. En réalité, même si certains utilisent le sexe comme un moyen de gérer une rupture difficile, cela ne leur permet pas vraiment de se sentir consolé, mais cela ne semble pas non plus aggraver leur état. Le "sexe comme revanche" et le "sexe comme pansement" ne semblent donc pas aussi efficaces qu’on pourrait le croire…


Les clés d'Alexandra Hubin

Une rupture est un moment difficile : sentiment d’abandon, perte de confiance en soi, impression de solitude… De quoi nous pousser parfois à faire des choses qui ne nous ressemblent pas. Voici quelques conseils pour passer le cap tout en se respectant.

Entourez-vous de vos proches. Dans cette période fragile, vos proches peuvent être un véritable soutien : ils peuvent vous permettre d’exprimer ce que vous avez sur le cœur. Ce sont eux aussi qui pourront vous pousser gentiment à rester positif, et à éviter de ressasser.

Réfléchissez plutôt deux fois qu’une. Vous avez fait une rencontre alléchante ? La galipette vous tente ? Prenez le temps de réfléchir avant de vous jeter dans son lit : qu’attendez-vous exactement de cette relation ? Tâchez de répondre à cette question avec sincérité et réalisme avant de décider de céder à la tentation. N’hésitez pas à en parler avec l’intéressé(e) : cela vous permettra d’être sur la même longueur d’onde.

Faites-vous du bien tous les jours. Même si le cœur n’y est pas et que cela semble difficile, essayez de faire quelque chose d’agréable au moins une fois par jour. Que ce soit un massage qui relaxe, un ciné qui fait rire ou un jogging qui défoule, choisissez des activités qui provoquent chez vous des émotions positives. Cela ne fera qu’aider votre moral à remonter.

Retrouvez toutes les clés d’Alexandra sur son site : www.sexopositive.be