Sexualité Les téléopérateurs misent sur les productions pornographiques. Et cela leur rapporte gros !

Malgré le piratage et Internet, la vidéo à la demande (VOD) fait un tabac. Surtout du côté de l’offre pour adultes. Les câblo-opérateurs belges proposent, chacun, quelque 600 titres de films pornos dans leurs catalogues respectifs, accessibles après avoir introduit un code parental. "Nous sommes plutôt fiers de notre offre, se félicite Véronique Rockmann, directrice des contenus et médias chez Proximus. Le genre X est l’un de nos piliers. C’est un genre qui a toujours connu une certaine attractivité."

Gilles Reunis, responsable des acquisitions VOD de BeTV et Voo, détaille : "Nous proposons une cinquantaine de nouveaux titres tous les mois. Cela fait approximativement deux nouveaux films ajoutés au catalogue par jour". Il poursuit : "Un film en VOD sur trois est un film pour adulte." Du côté de Proximus, câblo-opérateur concurrent, on refuse de nous donner des chiffres si précis. "C’est à peu près ça", confirme Véronique Rockmann (Proximus) lorsque l’on évoque la proportion d’un film loué sur trois.

Contrairement aux films traditionnels proposés dans les catalogues, les films à caractère pornographique coûtent plus cher (de 7 à 9 euros chez Voo et de 6 à 7 euros chez Proximus). Ils ne peuvent être loués que 24 heures, contre 48 heures pour les films familiaux et autre comédies, par exemple.

(...)