Sexualité

On discute, on tombe amoureux par écrans interposés et, parfois, on peut se faire piéger.

Olivier Bogaert, commissaire de la Computer Crime Unit à la police fédérale de Bruxelles, nous explique ce qu’il en est et comment s’en sortir.

Le vol d’identité, le chantage sexuel et la demande d’aide financière, sont les dangers qui guettent l’internaute à chaque rencontre. Sans dramatiser ni tomber dans la paranoïa, mieux vaut se prémunir afin d’éviter les désagréments.

Selon le commissaire Olivier Bogaert, les jeunes filles "tombent dans le piège, par exemple, d’agences de mannequinat qui les contactent en mettant en évidence leurs physiques avantageux. Elles les invitent sur Facebook ou sur Skype, à se mettre en valeur. Ces vidéos sont enregistrées et vont servir d’appâts pour les garçons"

Les hommes sont victimes de l’arnaque à la webcam . L’arnaqueur amène sa victime à se dévêtir face à sa webcam. La victime devra payer pour récupérer sa vidéo.

"Souvent, la vidéo qui est diffusée sur YouTube n’est visible que par la victime. Ça, les gens ne savent pas. Les arnaqueurs jouent sur l’effet panique." En signalant la vidéo à Google, la firme est en mesure de la supprimer. "Ça entraîne une réaction extrêmement rapide. Il la supprime, très vite."

Le problème peut donc être résolu sans trop de dégâts.

En ce qui concerne les demandes d’argent, " l a plupart du temps, c’est la Côte d’Ivoire, pour nous les Européens francophones. Les autorités ivoiriennes réagissent très fort par rapport à ça."

Enquête.