Sexualité Le marché des robots sexuels est en plein expansion. Capables de tenir une conversation ou encore de réaliser différentes positions, ils sont à la pointe de la technologie. Mais une usine américaine a décidé de pousser les possibilités plus loin en créant un robot capable de simuler un viol ou encore de reproduire l'apparence d'une jeune fille "d'à peine 18 ans".

C'est le quotidien anglais The Independent qui révèle que l'entreprise Truecompanion a mis au point un robot capable de résister aux avances de son propriétaire afin de simuler une situation de viol. Evidemment, sa commercialisation a provoqué un tollé aux Etats-Unis.

Baptisée Roxxxy, cette nouvelle gamme de robot possède cinq personnalités différentes dont les noms ne laissent que peu de doutes sur leurs tendances sexuelles : Wild Wendy, Mature Martha, S&M Susan, Young Yoko et Frigid Farrah. "Si vous touchez les parties intimes de Farrah, il est plus que probable qu'elle n'appréciera pas vos avances", indique le fabricant, dont le souhait est de "permettre à chacun de réaliser ses fantasmes sexuels les plus privés".

Dans le même style, la "Jeune Yoko" serait, selon de nombreux observateurs, un encouragement à la pédophilie. Sa personnalité, selon Truecompanion, est d'être "si jeune qu'elle attend que vous lui appreniez des choses".

Partout dans le monde, des voix se sont élevées contre ces robots qui encourageraient les pulsions les plus sombres de certaines personnes. Leurs opposants, eux, affirment qu'il est "préférable qu'un robot soit violé plutôt qu'une vraie personne".