20% des chiens enregistrés proviennent de l’étranger

Florence Scherpereel Publié le - Mis à jour le

Société

Ces animaux provenant majoritairement des pays de l’Est sont-ils en bonne santé ? Enquête

BRUXELLES Les témoignages de citoyens ayant perdu leur petit chiot acheté dans une animalerie ou grande surface, terrassés par des pathologies de manière fulgurante, ne manquent pas.

Souvent, les passeports indiquent les mêmes pays d’origine : Slovénie, Slovaquie, République Tchèque. Depuis des années, les associations de protection animale tirent la sonnette d’alarme quant à l’importation d’animaux de l’étranger vers la Belgique et plus particulièrement des chiens en provenance des pays de l’Est. Le problème est le même pour le chats, dans une moindre mesure. Animaux en Péril a toujours milité en faveur d’un arrêté royal interdisant la vente, par des animaleries et des grandes surfaces, de ces chiots et chatons originaires de lointaines contrées. En vain, jusqu’ici…

Face à cette problématique de commercialisation des chiens, bien qu’on ne dispose pas de chiffres sur le nombre de ces chiots qui meurent précocement, le SPF Santé publique et bien-être animal a lancé un groupe de travail. Qui n’a, pour l’heure, pas encore pu prouver un lien évident entre les décès de ces chiens et leur provenance, dans ces cas-ci, des pays de l’Est.

“Le tableau dessiné par les associations est bien noir, dit d’emblée Bruno Cardinal, de la Cellule Bien-être animal. Il y a certes, des bruits qui courent. Mais le groupe de travail, composé de professeurs d’université, de vétérinaires, des commerçants et leurs syndicats n’est jamais arrivé à faire ce lien. Pour autant, on n’affirme pas le contraire… Un avis sur ce point sera rendu cette année à la ministre Onckelinx.”

Selon les statistiques que la DH a pu se procurer, en 2011, quelque 154.000 nouveaux chiens ont été identifiés et enregistrés au moyen d’une micropuce en Belgique. “Pour la grosse majorité il s’agit de chiots” , précise Bruno Cardinal. Et parmi eux, 30.000 – soit environ 20 % –, ont un passeport étranger. Et la “grosse majorité proviennent de l’Est” ; 10.448 de Slovaquie, 8.042 de République Tchèque, 2.600 de Hongrie, 300 de Pologne, etc. Par ailleurs, 5.000 sont importés des Pays-Bas, le reste est originaire d’Espagne, de France, etc.

“Les commerçants préfèrent vendre des chiots tchèques ou slovaques car ils vivent en famille avant d’être importés, ils sont plus socialisés que des chiots qui grandissent dans de gros élevages belges…” Un avis qui contraste avec celui des associations de bien-être animal (voir ci-contre). Pour autant, côté du SPF, on insiste : “La Belgique est à la pointe en la matière et est loin d’être inactive” .

Depuis le 1er mars 2011, “on impose à tous les commerçants qui veulent faire venir des chiots de l’étranger de montrer des passeports et certificats signés par les autorités de ces pays qui garantissent des conditions favorables d’élevage” . Cette exigence, qui, au départ, n’était pas européenne, l’est devenue suite à l’insistance de notre pays…

Une question récurrente revient néanmoins; pourquoi importer tant de chiens alors que chaque année, on estime qu’entre 25.000 et 30.000 de chiens sont euthanasiés annuellement, “parce que les refuges ne trouvent pas de propriétaires…” Ce n’est pourtant pas demain la veille que la vente de ces chiens dans les grandes surfaces va être stoppée. La mise en place de l’arrêté royal décrit ci-contre s’est heurtée à la volonté politique de libéraliser le secteur…



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner