7 bonnes raisons d'abandonner le sexe

Nicolas Capart Publié le - Mis à jour le

Société

D'aucuns rétorqueront qu'il n'en existe pas. Les lecteurs du Huffington Post furent plus inspirés


LONDRES Qu'est-ce qui pourrait vous faire renoncer à une bonne partie de jambes l'air? Question saugrenue s'il en est que les journalistes du site d'information américain The Huffington Post se sont plu à poser à leur lectorat. Car, en effet, si l'on imagine au premier abord que rien ni personne ne pourrait pousser ces messieurs-dames à la disette sous la couette, force est de constater que les internautes y réfléchiraient à deux fois. Du moins ceux ayant répondu à cette enquête. Pour peu qu'on les priverait de quelques "conforts" modernes qu'ils jugent indispensables, ceux-là se passeraient sans peine de la bête à deux têtes. Qu'ils disent...

Alors, si substitut il y a, quel est-il? Existe-t-il mieux que le sexe? Certains affirment pouvoir l'abandonner, mais à quel prix? Autant de questions soulevées pour finalement trouver sept alibis plausibles. Après lecture de cette liste exhaustive, le traditionnel "Désolé chérie, mal de tête..." sonnera comme un mot doux à l'oreille du refoulé.

1)Le paradoxe du corps


Si l'on dit des hommes qu'ils savent pourquoi, nombre d'entre-eux ne comprendra sans doute pas... Mais 68% des femmes interrogées affirment pouvoir faire une croix sur le sexe pendant un mois en échange d'un corps de rêve. Histoire d'assurer en bikini l’été. Mais à quoi bon attirer si l'on ne peut consommer?

2)Jamais sans mon iPhone


15% des propriétaires d’iPhone l'affirment: plutôt renoncer au sexe du vendredi au dimanche inclus plutôt que de subir tout un week-end sans leur joujou interactif. Et on fait quoi quand on est en manque les geeks? Il y a une application pour ça...

3)Le repos du guerrier


12% des répondants à l'enquête troqueraient le sexe contre un sommeil plus long et de meilleure qualité. Mais ne dit-on pas que si l'amour est bien fait, l'orgasme fait ronfler?

4)Chauds les réseaux sociaux


Jadis, la gent féminine se contentait d'une ligne de téléphone. Désormais ces dames semblent davantage s'éclater sur les réseaux sociaux. Une demoiselle sur cinq femmes affirment en effet pouvoir envisager (et préférer) une semaine sans galipettes plutôt que la même période coupées de Facebook. Zuckerberg se les met toutes en poche.

5)www.sexe.com


Dans le même ordre d'idée, mais cette fois pour les deux sexes, 21% des personnes interrogées choisissent une année sans sexe plutôt qu'une année sans accès à Internet. La toile regorge en effet de substituts en la matière. Visuels, s'entend...

6)Le poids du savoir


Un quart des étudiants mettraient le sexe de côté si ça leur permettait de ne plus avoir à trimballer des livres super lourds. Frigide, timide ou fainéante, la jeunesse d'Oncle Sam se cherche.

7)Un vilain défaut


Enfin, 75% des internautes choisiraient leur nourriture favorite au sexe s’ils y étaient forcés. En cela, l'universalité de l'étude montre ses limites. Car si l'on connaît la bannière étoilée pour ses penchants à l'obésité, l'on dit bien souvent que le Vieux Continent est peuplé d'obsédés.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner