Accoucher fait mal au portefeuille

Ch.V. Publié le - Mis à jour le

Société

Les Mutualités libres dénoncent les montants élevés à charge de la maman lors de son accouchement à l’hôpital

BELGIQUE L’accouchement : un mal pour un bien, mais un mal, surtout au niveau du portefeuille. C’est en tout cas ce que pointent les Mutualités libres, qui comparent le “plus beau jour de la vie d’une femme” à l’ “un des plus coûteux” . Et ce, “surtout si l’accouchement se pratique par césarienne”.

L’explication d’une facture élevée dans le cas d’un accouchement par cette voie est somme toute logique : la maman nécessite davantage de soins et de surveillance, d’où un séjour à l’hôpital plus long : entre 6 à 7 jours, contre 4 à 5 jours en moyenne pour un accouchement par voie normale.

La différence de prix entre ces deux types d’accouchements s’élèvera, en moyenne, à 1.500 euros, pour un montant réellement à la charge du patient d’environ 1.541 euros dans le cas d’une césarienne.

Des prestations dont le coût varie, évidemment, en fonction de l’institution hospitalière et que répertorie, dans le cas d’un accouchement naturel, le tableau ci-dessous (établi selon les chiffres de fin d’année fournis par les Mutualités chrétiennes). En outre, le choix de la chambre individuelle – qu’il s’agisse d’un accouchement ou de tout autre type d’hospitalisation – est un facteur qui alourdit fortement la facture, ce que déplorent les Mutualités libres, plaidant au contraire pour “un plafonnement des suppléments d’honoraires et de chambre dans le cas précis de l’accouchement”.

Aujourd’hui, une nouvelle maman interviendra à raison de 28 % sur l’ensemble de sa facture. “Une contribution très élevée.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner