Société L’isolement ou la peur de rester seul prédominent dans les causes d’apparition du comportement de destruction

Alors qu’il y a encore quelques dizaines d’années seulement le chien occupait plutôt une place de fonction au sein de la famille (chien de garde, chien de ferme, etc..), la place qui lui est dédiée dans nos familles actuelles revêt plutôt celle d’un chien de compagnie dans tous les sens du terme !

Le chien accède ainsi à quasi toutes les pièces de la maison, est considéré (trop) souvent comme un membre à part entière du cercle familiale, ce qui engendre parfois des déviations de son comportement tant il sent qu’il a de l’importance.

Le comportement de destruction chez le chien est, avec l’agressivité, un des troubles comportementaux le plus souvent rencontré. C’est aussi probablement le plus difficile à supporter. Il conduit même fréquemment à l’abandon du chien, tant le maître peut se trouver désemparé face à un chien difficilement vivable.

La destruction peut aller des simples mordillements sur les pieds de meuble ou de chaises au déchiquetage minutieux et systématique des fauteuils ou autres objets à portée.

Comme pour tous les troubles du comportement, il faut toujours essayer de trouver la cause pour mettre en place une solution efficace et adaptée.

Il faut garder à l’esprit que chez le chiot, le comportement de mordillement peut s’avérer nécessaire dans la démarche de découverte de l’environnement. Cependant, cette phase normale du développement ne doit pas perdurer dans le temps.

On jugera le chiot problématique s’il maintient ce comportement au-delà des huit premiers mois de vie.

On peut catégoriser les causes du comportement destructeur en trois catégories : la peur de la solitude, l’ennui et la vengeance du chien.

L’isolement ou la peur de rester seul prédominent dans les causes d’apparition du comportement de destruction. Le chien trop attaché à sa famille n’arrive pas à supporter l’isolement physique ou affectif. Cela peut se produire à la maison, chez des amis ou dans la voiture.

Cela peut même se produire dès les premiers signes de départ du maître. Le chien s’empare par exemple d’un coussin qu’il secoue violemment.

La punition ne sera jamais un remède efficace pour cette situation. Elle l’aggravera, au contraire.

Le chien peut également être confronté à l’ennui, lui aussi cause de destruction. Le chien s’occupe tout simplement, certes en adoptant des comportements non bénéfiques pour la cohabitation.

Enfin, si votre chien subit une injustice selon son mode de compréhension, il perd le contrôle sur ses comportements : si la vengeance est un sentiment purement anthropomorphique, le chien peut néanmoins manifester un comportement dont il sait pertinemment qu’il ne sera pas acceptable pour le maître ! Une manière de vous faire payer…

Quelle que soit l’origine du désastre, il faut mettre en place les solutions avant de laisser le chien seul. Ne l’enfermez pas dans une pièce quand vous partez ni dans la voiture comme pour une punition.

N’oubliez jamais qu’une punition doit avoir lieu au moment même où la faute est commise, dans le cas contraire le chien ne comprendra pas et pourra même recommencer.

Si le chien détruit tout par peur de la solitude, il faut reprendre tout l’apprentissage la concernant. Certaines personnes emmènent leur chiot partout pour l’habituer à toutes les situations. Puis, une fois adulte, le voilà devenu plus encombrant et il doit rester à la maison. Le résultat est qu’il est habitué à tout sauf à la solitude.

Dans la pratique, ne grondez pas le chien à votre retour. Faites comme si de rien n’était (même si les dégâts sont importants). Dites-lui d’aller dans son panier puis ressortez peu de temps après en disant : "Couché !" avant de partir. Revenez dans les cinq minutes qui suivent. Félicitez calmement le chien s’il est toujours à la même place.

S’il a eu le temps de se lever pour détruire quelque chose, écourtez encore votre sortie. Le chien doit associer votre départ et votre retour à sa bonne conduite et à votre satisfaction. Ne lui laissez donc pas le temps de faire des bêtises.

Prolongez ensuite petit à petit la durée de vos absences. Si le chien s’ennuie, il faut le distraire. S’il s’acharne sur tout, donnez-lui de quoi s’acharner. Mettez à sa disposition de nombreux jouets pour chien qu’il pourra détruire.

S’il détruit son panier, ne le lui changez surtout pas. Vous pouvez utiliser des produits amers à badigeonner sur les objets, mais il est préférable d’obtenir une correction naturelle des troubles. Vous pouvez aussi lui donner un objet personnel à garder. Il se sentira fier de ce nouveau rôle.

Éduquer le chien, en comprendre les modalités de fonctionnement sont les piliers qui permettront une cohabitation en toute sérénité !

Pour en savoir plus sur l’éducation de votre chien : www.royalcanin.be