Société Le diesel ordinaire va progressivement disparaître. L'essence bio arrivera dans un an

BRUXELLES À partir du 1er novembre, et de manière progressive, les sociétés pétrolières belges vont vendre à leurs pompes du biodiesel, un mélange de diesel ordinaire et d'extrait de colza (3,37 % d'abord, 5 % dans un an).

Le prix du biodiesel sera le même que le diesel ordinaire, promet le ministre des Finances, Didier Reynders. Qui rassure les automobilistes : il ne faut pas adapter les voitures, les moteurs Diesel acceptant sans problème des mélanges jusqu'à 5 % de carburant vert.

Pour l'essence, le mélange constitué d'essence habituelle et de 7 % de bioéthanol apparaîtra aux pompes en octobre 2007. Là aussi, le prix sera le même que l'essence actuelle.

Concrètement, ces biocarburants vont remplacer progressivement les essences et diesel vendus aujour-d'hui à nos pompes. Les produits 100 % pétrole vont être davantage taxés et deviendront plus chers que les biocarburants, explique le ministre Reynders.

Betteraves, froment, maïs

La totalité des carburants verts sera produite en Belgique, selon l'annonce des ministres des Finances Didier Reynders et de l'Agriculture Sabine Laruelle. Pour le bioéthanol, le gouvernement a choisi de confier l'approvisionnement aux sociétés Bio Wanze (près de Huy) pour 750 millions de litres, Alco Bio Fuel (Gand) pour 543,5 millions de litres et Tate & Lyle (Alost) pour 192 millions de litres pour la période 2007-2013. Pour le biodiesel, les firmes Néochim (Feluy), Oléon (Ertvelde), Proviron (Ostende) et Flanders Bio Fuel (Gistel) ont été désignées pour les 11 mois qui viennent (286 millions de litres). La désignation pour les 5 ans qui suivent (2.279 millions de litres) est encore en suspens.

Ces sociétés ont été choisies après un appel d'offres européen : 10 firmes étaient candidates pour le bioéthanol et 34 pour le biodiesel.

La ministre de l'Agriculture a précisé que 100 % des matières premières servant à fabriquer les biocarburants viendraient de l'Union européenne. Concrètement, la Belgique fournira l'essentiel, devant la France et l'Allemagne. Le bioéthanol sera fabriqué à partir de froment, de betteraves et de maïs, quasi exclusivement belge. Pour le colza servant à fabriquer le biodiesel, une plus grande partie viendra des pays voisins, nos agriculteurs n'ayant pas pour l'instant une production suffisante pour le marché national, même si les plantations de colza ont augmenté de 70 % en un an.



© La Dernière Heure 2006