Société S’ils sont conscients de l’importance d’une alimentation équilibrée, ils ne s’empêchent pas certains écarts.

Lorsque les étudiants achètent à manger, ce n’est pas parce qu’ils sont conscients qu’une alimentation saine prime qu’ils se ruent sur les étiquettes afin de voir si ce qui les attire est effectivement sain. Le premier critère qu’ils retiennent, c’est le goût (34 %). Vient ensuite le prix (29 %), ce qui n’est guère étonnant vu le budget restreint dont ils disposent.

(...)