Société

Près d'un Britannique sur deux (46%) consomme plusieurs fois par semaine du chocolat, suivi des Suisses (45%) et des Belges (43%), a précisé l'étude


ZURICH Les Britanniques, les Suisses et les Belges sont les plus grands amateurs de chocolat, selon une étude publiée mardi par le chocolatier suisse Barry Callebaut.

Près d'un Britannique sur deux (46%) consomme plusieurs fois par semaine du chocolat, suivi des Suisses (45%) et des Belges (43%), a précisé l'étude.

Une grande partie de gourmands s'oriente vers le chocolat de provenance unique, produit à partir de fèves récoltées dans la même région.

Quatre personnes interrogées sur dix ont déjà goûté à ce type de chocolat en Europe de l'ouest et aux Etats-Unis, soit une hausse de 26 points de pourcentage à 42%, a souligné le groupe helvétique.

Cette tendance est particulièrement marquée aux Etats-Unis, où 53% des personnes interrogées ont déjà consommé du chocolat de provenance unique cette année, ainsi qu'en Suisse (52%) et en Allemagne (40%).

Le chocolat originaire de l'agriculture biologique et du commerce équitable est également en progression. Quelque 33% des personnes interrogées ont indiqué avoir déjà mangé du chocolat issu du commerce équitable en 2008, soit une hausse de 23 points, et 24% ont consommé du chocolat bio (+17 points).

L'étude, menée par l'institut Ipsos, a été réalisée en Belgique, en Suisse, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Au moins 1.000 personnes ont été questionnées par pays.

En volumes engloutis, les Suisses se placent en tête avec une consommation annuelle en 2006 de 11,9 kg par habitant, suivis des Allemands (11,1 kg) et des Belges (11 kg), selon une récente étude publiée par la fédération helvétique Chocosuisse.

Les plus réticents à déguster du chocolat sont les Japonais (2,2 kg), les Néerlandais (2,9 kg) et les Espagnols (3,1 kg).

En Suisse, l'industrie chocolatière a réalisé sur l'année 2007 un chiffre d'affaires en forte progression, avec des ventes en hausse de 9% à 1,7 milliard de francs suisses (1,1 milliard d'euros).