Bruel: “Le poker est un plaisir, pas un besoin”

V. S. Publié le - Mis à jour le

Société

Patrick Bruel est à la base de la législation française encadrant le poker et les paris en ligne


BRUXELLES Impossible de ne pas évoquer le poker lorsqu’on rencontre Patrick Bruel. Champion du monde en 1998, il avoue avoir arrondi ses fins de mois grâce au jeu lorsqu’il était plus jeune. “Mais ce n’est pas une passion au sens d’un besoin, ça reste un plaisir pour moi” , confesse-t-il.

“Je prends sur mon temps de vacances pour jouer. Trois semaines à Las Vegas pour le championnat du monde, une escapade de temps en temps à Prague ou Barcelone et une partie entre amis par mois en moyenne. Ma priorité, ce sont mes enfants, à qui je consacre 40 % de mon temps. Pour le reste, le cinéma, le théâtre et la chanson occupent 50 % de mon temps.”

À côté du loisir, le poker est aussi une activité professionnelle pour Patrick Bruel. “Je pense que l’ensemble des sites Internet m’ont un jour demandé d’associer mon image à leur site. Je n’en voyais pas l’intérêt. Par contre, et c’est un excellent moyen de contrôler mon image, créer mon site me semblait une bien meilleure idée. Je me suis alors associé à des professionnels d’Internet (NdlR : les fondateurs de Caramail et de Meetic) dans Winamax.com. Nous sommes actuellement le site n° 1 de poker en France, mais avec l’arrivée des grosses cylindrées, je ne suis pas sûr que nous le resterons.”

La nouvelle législation française bouleversera en effet le secteur très prochainement.

“Les licences seront accordées le 1er juin. C’était indispensable pour qu’un contrôle réel et efficace soit mis en place. Jusqu’à présent, les sites opérant dans des paradis fiscaux ne sont pas contrôlés. On ne peut pas exclure le blanchiment d’argent et bien d’autres pratiques malhonnêtes. C’est pourquoi je me suis battu pour que cette loi soit mise en place. Pour l’État, c’est aussi une excellente chose car cela évitera que tout l’argent fuie vers les paradis fiscaux. Finalement, tout le monde y trouvera son compte. Y compris le joueur, qui sera mieux protégé à tous les niveaux.”

En Belgique, le projet est également sur la table, mais on imagine qu’il y restera encore quelque temps vu le contexte politique actuel…



© La Dernière Heure 2010
V. S.