Société

La vente de préservatifs a chuté de 20 % en quatre ans

BRUXELLES La capote, un marché qui se dégonfle. Les derniers chiffres de vente du secteur ne sont pas au beau fixe, principalement pour les conditionnements écoulés dans les pharmacies.

Selon les chiffres en notre possession et qui émanent de l'Association pharmaceutique belge (APB), la vente de préservatifs serait passée de 475.000 unités en 2004 à 400.000 fin 2007. Une chute de 20 % dont on a du mal à dénicher les causes.

Pour Christian Elsen, le vice-président de l'APB, la distribution hors pharmacies peut expliquer cette décroissance. Ces circuits sont d'ailleurs devenus très nombreux, plus accessibles pour les jeunes et proposent des capotes à des prix très réduits voire gratuitement. "Aujourd'hui, des préservatifs, on en trouve partout, gratuitement ou à tout petit prix, indique M. Elsen. Que ce soit dans les restaurants, dans les hôtels, dans des distributeurs de rues, dans des librairies, dans les supermarchés." Les pharmacies, finalement, ne représentent qu'un circuit de distribution, certes traditionnel, mais qui ne jouit plus d'un monopole.

L'APB ne pense pas que la peur des MST (maladies sexuellement transmissibles) a disparu dans la tête des jeunes. L'analyse de Manix, numéro 2 mondial après Durex, n'est pas du même avis. "La capote, on connaît son rôle, mais ça ennuie tout le monde. On n'aime pas l'acheter et on n'aime pas y penser, note Jean-Marie Bloch, directeur Communication et Marketing chez Manix. Je pense aussi que le marché belge est en régression parce qu'il n'y a pas suffisamment de concurrence entre marques."

Pour le leader Durex, qui pilote désormais le marché belge depuis les Pays-Bas, peu importe l'analyse, la baisse s'est aussi fait ressentir dans les chiffres de vente. "Nous avons vu nos ventes baisser de 9 % dans les pharmacies belges en l'espace de deux ans", confirme-t-on chez Durex. En guise d'explication, on évoque aussi la multiplication des circuits de distribution.

"C'est la raison pour laquelle nous devons nous positionner d'une autre manière, indique Durex. Certes, le préservatif, cela sert à obtenir une protection efficace. Mais nous disons aussi que si vous souhaitez accomplir un acte sexuel, il faut le faire avec une idée de plaisir et d'amusement."



© La Dernière Heure 2008