Société

Un établissement périscolaire de la région parisienne est sous le feu des critiques et relance le débat sur le racisme anti-asiatique.

"Chang est assis, il mange du riz. Ses yeux sont petits, riquiquis. Chang me sourit quand il me dit 'Veux-tu goûter à mes litchis ?'" La photo de la comptine fait le tour des réseaux sociaux depuis le 26 décembre. Le président de l'Association des Chinois résidants en France, à l'origine du post, a indiqué que des "parents asiatiques" avaient été horrifiés à la vue de la chanson qu'on enseignait à leur enfant.

La comptine est illustrée par trois petits dessins : un personnage bridé portant un chapeau triangulaire sur la tête, un bol de riz et des tongs.


La publication a été commentée et partagée des centaines de fois en à peine quelques jours, dénonçant ainsi le racisme ordinaire envers les Asiatiques. D'autres se sont au contraire étonnés de l'indignation jugeant les paroles amusantes. "J’aimerais bien qu’on m’explique où est l’hostilité", "Les Asiatiques ont les yeux bridés, les orangs-outangs vivent en Asie, les rizières sont très présentes en Asie, les tongs sont aussi dans les tenues traditionnelles d'Asie […] donc où est le problème ?"

Le problème selon Bernard Tran, président de l'association de promotion de la culture asiatique, c'est l'ensemble des caricatures présents dans cette chansonnette. Pour lui, elle rassemble "tous les stéréotypes raciaux insultants" associés à la communauté asiatique. Pourquoi cette comptine est insultante ? Il l'explique à nos confrères de France 24 en ces mots.

"Pour comprendre notre désarroi, il faudrait vivre ce que l'on vit au jour le jour... Je suis Français d'origine sino-vietnamienne, né en France de parents immigrés, et donc totalement intégré à la société. Malgré cela, malgré mon accent parfaitement français, j'ai dû subir pendant une grande partie de mon enfance et adolescence, ce racisme quasi quotidien. La comptine incriminée est un condensé de tous ces stéréotypes raciaux insultants, et on voudrait l'inculquer aux enfants dès l'élémentaire ? C'est absolument inadmissible... En bref, le message que cette comptine véhicule est simple : un Chinois est forcément petit à yeux bridés, à part du riz, il ne mange rien d'autre, et ne quitterait jamais ses tongs, sans compter les improbabilités de rimes avec "orangs-outangs" (animaux vivant en Malaisie et Indonésie) et "ping-pong" (sport anglais)... Ce que l'on peut constater ici, c'est la volonté de perpétuer l'image de l'indigène asiatique arriéré et docile que l'on retrouve dans les cartes postales des colonies françaises du début du siècle dernier. Ce qui est extrêmement offensant envers la communauté asiatique. Je pense que la cause de ce racisme vient de la banalisation des clichés sur les Asiatiques dans les médias et le fait que la communauté asiatique n'ait pas réagi durant ces dernières décennies afin de ne pas créer de troubles au nom de l'intégration, a tout simplement offert un boulevard à toutes sortes de moqueries racistes et dénigrantes."

La direction de l'établissement périscolaire a admis la faute sans en reconnaître la paternié : "Dans ce cas précis, […] ce choix [de la comptine] n'a pas été porté à notre connaissance. Nous ne l’avons donc en aucun cas validé et reconnaissons qu’il associe des stéréotypes de façon assez grossière et maladroite".

Le racisme contre la communauté asiatique reste difficile à admettre autant en France qu'en Belgique. Pourtant, les "blagues innocentes" sont encore très fréquentes dans les cours de récréation et en pleine rue mais peuvent blesser autant les enfants que les adultes.