Société La tradition est toujours bien respectée


Lancez-vous dans l'interactif!

BRUXELLES Les Belges aiment les traditions. Surtout lorsqu'elles sont enrobées de chocolat. Si les occasions d'offrir ces gâteries se multiplient, la période de Pâques reste incontournable.

"Après la Saint-Nicolas, c'est effectivement Pâques qui est notre rendez-vous le plus important de l'année", souligne Patricia Hurvics, responsable marketing chez Neuhaus. "Loin devant la Saint-Valentin, la Noël, Halloween ou la Fête des secrétaires! Dans les magasins, le rush a lieu deux ou trois jours avant le week-end pascal mais dans nos ateliers, la pression est montée voici six semaines déjà."

Même si elle rattachée à une fête religieuse (la résurrection du Christ), la tradition de la distribution des oeufs remonte bien avant l'ère chrétienne. Chez les Egyptiens et même chez nos ancêtres les Gaulois, les oeufs décorés étaient distribués afin de symboliser le renouveau printanier, la fertilité, le retour de la luminosité ou encore la renaissance. Pour d'autre, l'oeuf parfois recouvert d'or était un voeu de chance ou une marque d'affection.

"L'idée de marquer la fin de l'hiver et du printemps est toujours bien présente", poursuit Patricia Hurvics. "Les emballages des oeufs en chocolat ont toujours des couleurs vives. Pour les cadeaux plus importants, il s'agit d'un ballotin comportant un oeuf géant dans lequel on découvre d'autres oeufs conçus sur base de nos treize variétés de pralines. Pour Pâques 2002, nous avons ajouté une nouvelle variété, à base de fondant praliné."

Même s'il n'existe pas de statistiques précises concernant la consommation d'oeufs de Pâques, produit saisonnier par excellence, on peut dresser les grandes tendances. Les goûts sont très classiques et n'évoluent pas avec les modes. Ce sont toujours les oeufs blancs et les oeufs bruns que les parents dispersent sur la pelouse le dimanche de Pâques. Comme ce sont toujours des ballotins en forme d'oeufs qu'on apporte lors des visites chez des proches.

"Le chocolat est un produit de consommation qui est rentré dans tous les ménages belges. La fantaisie existe mais pas à Pâques", explique pour sa part Guy Gallet, secrétaire-général de Choprabisco (Association royale belge des industries du biscuit, du chocolat, de la confiserie et de la praline). 90% des Belges affirment manger du chocolat au moins une fois par an.

Avec 9,68 kg de chocolat par personne et par an, la Belgique est le troisième consommateur d'Europe, derrière la Suisse et l'Allemagne.