Société Des chercheurs américains ont fait des tests probants.

Souvent annoncé, mais pas encore sur le marché, ce cachet contraceptif pour hommes pourrait bientôt devenir réalité. C’est en tout cas ce qu’affirment deux équipes de chercheurs américains.

Les résultats de leurs recherches respectives ont été publiés dans la revue scientifique Plos ONE ou présentés à ENDO, la 100e rencontre annuelle de la société endocrinienne Chicago.

Résultats encourageants

Des chercheurs de UNC-Chapel Hill et de l’Université de l’Oregon ont démontré, lors de tests précliniques menés sur des singes, comment un nouveau composant (EP055) pouvait immobiliser temporairement le sperme, sans effets secondaires. Ce composant au nom scientifique ralentirait la mobilité des gamètes, sans affecter les hormones masculines, ce qui en ferait une pilule potentielle.

Le Dr Mary Zelinski a expliqué : "Dix-huit jours après leur avoir donné la molécule, les macaques ont tous montré des signes de récupération totale, démontrant que le composant EP055 est réversible."

Une autre découverte fait également grand bruit : des études menées sur la diméthandrolone undécanoate (DMAU). Une centaine d’hommes, âgés de 18 à 50 ans, ont testé le DMAU. Après 28 jours d’ingestion, les analyses ont démontré que les hommes n’étaient plus fertiles.

"DMAU est un sacré pas en avant dans le développement d’une pilule contraceptive quotidienne pour les hommes", indique Stephanie Page, de l’université de Washington aux médias américains. "De nombreux hommes indiquent qu’ils préféreraient une pilule quotidienne aux effets réversibles plutôt que des injections hebdomadaires hormonales ou des gels spermiques, en développement."

La pilule contraceptive pour les hommes, c’est un doux rêve pour de nombreuses femmes. "Je rêve de ne plus me lever le matin et de devoir prendre, à heure plus ou moins régulière, cette pilule", explique Tania, 35 ans. "J’aimerais que mon mari en prenne pour qu’il se rende compte du côté contraignant que ça a parfois."

Et pour de nombreux hommes. Certains n’hésitent d’ailleurs plus à avoir recours à la vasectomie. Tous les ans, leur nombre augmente. En 2016, 17.561 interventions étaient recensées par l’Inami.

© DR

Un slip chauffant et contraceptif

Un slip offrant une contraception masculine, ça existe. Le slip chauffant. Par sa conception, il va faire remonter les testicules dans la poche inguinale, et élever leur température de deux degrés.

Ce slip, qui doit être porté tous les jours durant 15 heures, permet "de freiner la production de spermatozoïdes pour passer en quelques mois sous la barre du million de spermatozoïdes par millilitre de sperme, seuil en dessous duquel l’homme n’est pas fertile."

Jusqu’à présent , "seul le Dr Roger Mieusset, à l’hôpital de la reproduction du CHU de Toulouse, propose ce mode de contraception", nous signale-t-on. Le site du slip chauffant précise que le spécialiste français "ne suit que les hommes en couple stable".

Rien n’est précisé sur le nombre de Belges ayant recours à ce sous-vêtement supposé offrir une contraception thermique. Contacté au sujet des citoyens belges qui portent ce slip, le Dr Mieusset ne nous a pas répondu.

Cependant, au CHU de Toulouse et sur le site du slip chauffant, il est précisé que tout le monde peut en avoir un, à condition de passer par le médecin précité. Et, "dans l’hypothèse où vous seriez tenté d’essayer de fabriquer vos propres prototypes, il reste toutefois indispensable de bénéficier d’un suivi médical sérieux et plus particulièrement de spermogrammes réguliers pour vérifier l’efficacité de la contraception."

Car, comme le médecin le précise : la durée pour atteindre un niveau d’infertilité nécessaire est variable d’un individu à un autre. " Il est donc important de vérifier l’efficacité du slip chauffant avec des spermogrammes réguliers (tous les mois les six premiers mois, puis tous les deux mois environ)."