"Crache test", nouvelle campagne de l'IBSR contre la drogue au volant

Publié le - Mis à jour le

Société

A l'occasion de l'entrée en vigueur le 1er octobre des tests salivaires contre la drogue au volant, l'IBSR mène actuellement une campagne d'information jusqu'au 17 octobre



BRUXELLES "Crache test", c'est par ce jeu de mots que l'IBSR va attirer l'attention du grand public sur l'entrée en vigueur de la nouvelle législation.

Près de 15.000 affichettes seront distribuées à des organismes publics.

"Subir un contrôle 'drogues' deviendra la chose la plus normale qui soit, ce qui n'est pas nécessairement le cas actuellement", avertit l'IBSR.

L'Australie possède une longue expérience en matière de tests salivaires, selon le Secrétaire d'Etat à la Mobilité Etienne Schouppe. Le nombre de consommateurs de drogue ayant reconnu conduire sous influence est passé de 45 à 35 % en raison du test.

Lors d'une étude européenne de 2006 baptisée ROPS, l'IBSR a mené une enquête auprès de 141 zones de police et de la police fédérale pour évaluer l'ancienne procédure de contrôle de la consommation de drogue. La police estimait cette procédure longue et compliquée.

La nouvelle procédure, basée donc sur l'utilisation de tests salivaires, sera plus facile à exécuter.

D'après l'étude ROPS, les conducteurs sous l'emprise de drogue risquent davantage d'être impliqués dans un accident (deux fois plus de risque pour le cannabis, 2,5 pour les benzodiazépines et 3 pour les opiacés). La combinaison de l'alcool et de drogues est particulièrement dangereuse: les risques pouvant être multipliés par 100 en cas d'alcoolémie supérieure à 0,8 pour mille.

© La Dernière Heure 2010

Publicité clickBoxBanner