Société Faillie au début du mois de septembre, l'entreprise verra son stock liquidé lors de deux ventes à Anvers

BRUXELLES Artis Historia, un nom qui résonne déjà avec nostalgie dans la tête des nombreux Belges qui ont patiemment découpé des milliers de points afin d'obtenir les illustrations des livres édités par l'entreprise. Faillie au début du mois de septembre, Artis Historia occupait encore une quinzaine de personnes. Le tribunal de commerce s'est vu contraint de mettre l'entreprise en faillite, sonnant le glas de l'emploi de ces quinze derniers employés, mais également des millions de points figurant sur de nombreux produits de consommation, soigneusement découpés et comptés par les collectionneurs qui les échangeaient contre les ouvrages de leur choix.

C'est donc une nouvelle, mais aussi la dernière page, qui se tourne pour l'entreprise, qui avait développé en Belgique un système unique de fidélisation multi-marques. Cela faisait déjà quelques années que la société se portait plutôt mal. En 2001, Artis-Historia avait été rachetée par Vicindo, la filiale de marketing direct de La Poste. Mais il y a à peine un an, l'entreprise publique belge avait décidé de se séparer de cette activité pour se concentrer sur son métier de base: la distribution de courrier et la vente de produits postaux. A cette époque, La Poste avait revendu Artis Historia au groupe néerlandais ECF, un des leaders européens dans les services de marketing et fidélisation. Las! en cessation de paiement, cette dernière a été contrainte de déposer le bilan.

Plus d'un demi-siècle d'histoire se referme donc. Fondées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Artis et Historia ont fusionné en 1976. Rapidement, Artis Historia a acquis une notoriété importante auprès des familles belges grâce au système d'épargne qu'elle a développé en partenariat avec une trentaine de grandes marques belges et internationales telles que Lotus, Dixa, Lipton, etc.

260 millions de points par an

Les collectionneurs découpaient les points sur les emballages, afin d'en amasser suffisamment pour obtenir les images à coller dans les ouvrages ou des réductions pour les acquérir. Des ouvrages essentiellement axés sur le culturel et le ludo-éducatif.

Selon les derniers chiffres d'Artis Historia, en 2001, ce sont pas moins de 1.250.000 ménages belges (dont 70.000 enseignants) qui collectionnaient ces points. Par an, 260 millions de points étaient ainsi échangés, par correspondance ou dans la centaine de points de vente existants: kiosques et libraires affiliés.

Durant deux week-ends, le stock Artis Historia sera vendu à Anvers. Cette vente aura lieu les week-ends des 16 et 17 octobre et des 23 et 24 octobre, de 10 à 17 heures. Elle se déroulera dans les magasins d'Artis, Europark Noord, 11, à Saint-Nicolas (Anvers).

Les deux premiers jours seront strictement réservés aux détenteurs d'une carte bonus, à raison de deux personnes par carte. Les enfants de moins de 12 ans n'auront pas accès aux magasins. Le second week-end sera accessible à toutes les personnes encore désireuses de se procurer des produits Artis Historia.

Les produits en vente devront être payés en argent liquide.

Des précisions et l'itinéraire sont disponibles sur le site http://artis.iif.be. L'itinéraire sera fléché.

© La Dernière Heure 2004