Société

Au printemps dernier, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé un projet pilote consistant à offrir 650.000 repas par an dans 78 écoles maternelles, tous réseaux confondus, pour un budget de deux millions d'euros. 

Lundi, pour la rentrée scolaire, le ministre-président a visité trois écoles tournaisiennes qui ont adhéré à ce projet pilote porté par la ministre de l'Égalité des chances, Isabelle Simonis (PS).

L'école Arthur Haulot a été la seule des vingt-cinq écoles communales retenue dans ce projet. "J'ai longtemps hésité à inscrire Tournai dans ce projet mais j'ai estimé que c'était une opportunité. J'ai proposé cinq écoles et c'est l'école Arthur Haulot qui a été choisie", explique l'échevin de l'Enseignement, Philippe Robert (PS). Un choix judicieux car cette école accueille des enfants issus de familles qui vivent dans la précarité et des enfants issus de l'immigration. 

"Nous avons accepté des repas sans porc mais pas du halal", précise l'échevin qui ajoute que la ville a investi plus de 600.000 euros dans la rénovation de toutes les cantines scolaires du réseau communal, sous conseil de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca). Le but de ce projet pilote est donc d'aider les familles qui n'ont pas forcément les moyens de financer les repas complets de leurs enfants mais aussi de permettre aux enfants de goûter à toutes sortes d'aliments issus du circuit court et bio. L'opération est à la fois sanitaire et économique. Pendant l'année scolaire, ce sont 650.000 repas gratuits qui seront servis dans 78 écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles.