Société La 13e édition de l’International Taste&Quality Institute (iTQi) s’est déroulée à Bruxelles

À l’abri des regards, une assistance inhabituelle a pris possession en cette dernière semaine d’avril du bâtiment de la Erasmus Hogeschool, située rue des Six Jetons à Bruxelles, non loin de la place Fontainas qui n’est pas précisément le haut lieu du tourisme.

C’est là qu’étaient réunis 65 chefs étoilés - pas moins - dans le but de goûter 850 produits alimentaires.

Très prisée des professionnels de la restauration mais encore peu connue du grand public, il s’agissait de la 13e édition de l’International Taste&Quality Institute (iTQi) qui évalue les qualités de centaines de produits de consommation.

Cette initiative est née en 2004 grâce à deux Belges, Louis Frère et Christian De Bauw.

"Alors qu’il existe des guides pour évaluer le vin, nous nous sommes aperçus qu’il n’existait rien de tel pour des produits de consommation courante, explique Louis Frère. Nous avons voulu y remédier."

Le but de l’ITQi est triple : créer un label de reconnaissance de produit, en sachant que le producteur indépendant n’a que quinze minutes pour convaincue un grand distributeur comme Carrefour. "Expliquer à un candidat acheteur que son produit est le meilleur ne suffit pas. Tout le monde peut en dire autant. Une reconnaissance internationale comme l’iTQi peut y donner plus de poids. C’est aussi devenu un instrument de marketing grâce au logo que l’on peut identifier. Enfin, nous poursuivons un but de recherche et de développement. Les jurés remplissent une feuille d’évaluation qui peut mettre en relief les qualités et défauts du produit et suggérer des améliorations."

Dans la vaste salle qui accueille les jurés, attablés à leurs pupitres comme des élèves studieux, rien que du beau monde. Citons au hasard Bernard Vaussion, ex-Chef des cuisines de l’Elysée, Fikreet Ozdemir, président des Master Chefs de Turquie ou Luciano Parolari, chef à la Villa d’Este. Des professionnels triés sur le volet venus du monde entier, très flattés de l’invitation et ravis aussi de se retrouver pendant trois jours à Bruxelles entre collègues.

Le fait que les tests se déroulent à l’aveugle et l’importance du panel donnent encore plus de valeur à leur jugement alors que les affaires de goût sont évidemment très personnelles.

Chaque produit fait l’objet d’un rapport d’analyse pour lesquels les critères sont minutieusement évalués : l’odeur, la vue, le goût, la sensation en bouche, la texture.

Seuls les produits qui obtiennent une cotation gustative minimale de 70 % reçoivent un award.

Mais plus qu’une récompense, l’iTQi se définit comme une certification gustative.

La liste des produits primés sera disponible à la mi-mai sur www.itqi.com.