Société L'université américaine de Rowan, à Glassboro dans le New Jersey, a récemment demandé aux jeunes athlètes qui font du cross-country dans le stade de l'université de ne plus s'entraîner en brassière et de porter un survêtement.

L'explication réside dans le fait que le port d'une brassière distrairait les athlètes masculins qui s'entraînent à quelques pas des jeunes femmes. Gina Capone, qui fait partie de l'équipe de cross-country, n'a pas voulu l'entendre de cette oreille et a décidé de se défendre en rédigeant un article sur le site Odyssey, un média en ligne basé sur la contribution.

"Je vous ferai savoir la vraie raison pour laquelle les femmes courent avec des soutiens-gorge de sport, et ce n'est pas pour montrer nos abdominaux durement gagnés. Les femmes, qu’elles aient des tablettes de chocolat ou non, courent dans des soutiens-gorge de sport parce que, franchement, il fait chaud dehors. Nous courons dans des soutiens-gorge de sport parce que nos entraînements sont exigeants, stimulants et vigoureux", a-t-elle expliqué dans son article.

Suite à cette marque d'agacement, l'université a tiré les choses au clair, s'est entretenu avec le département d'athlétisme et a tout de suite accepté d'écrire un règlement en bonne et due forme qui stipulerait que le port d'une brassière lors de l'entraînement serait désormais accepté.