Société Les familles des marins du Koursk célèbrent leur mémoire un an après le drame

VIDAÏEVO Quelque 300 proches des 118 marins russes disparus, il y a un an, dans la tragédie du sous-marin Koursk ont célébré dimanche leur mémoire à Vidaïevo, le port d'attache du navire qui a sombré dans des circonstances encore non établies.
Les familles se sont réunies sous une pluie fine et un ciel gris, qui s'est dissipé quand elles se sont rendues à l'endroit où sera dressé un monument aux marins disparus.
Au son d'une fanfare funèbre et des roulements de tambour, l'assistance a observé une minute de silence avant d'assister au dépôt de gerbes et couronnes par une garde d'honneur. Ensuite, les familles se sont rassemblées sur le quai numéro 8, que le sous-marin nucléaire avait quitté pour ce qui se révéla sa dernière mission.
Les navires de la Flotte du Nord ont fait sonner leurs trompes pour saluer la mémoire des hommes du Koursk, qui gît toujours par 108 mètres de profondeur dans la mer de Barents, toute proche. Ceux de la Flotte de la Baltique ont mis leurs drapeaux en berne, selon Itar-Tass.
Les familles se sont également rendues dans le bâtiment de la caserne ayant abrité les hommes du Koursk, transformé depuis en musée. Chaque lit portait une photo de son occupant disparu. `Pourquoi sont-ils morts? Personne ne nous l'a dit, ils le savent, mais ne veulent pas dire la vérité ´, a confié Nadiejda Lechanskaïa, mère d'un jeune sous-officier, Oleg.
Le commandant de la flotte russe, l'amiral Vladimir Kouroïedov, a toutefois promis aux familles des victimes que toute la lumière serait faite sur les raisons du drame. `Autrement, nous ne pourrons pas comprendre l'état dans lequel se trouve la flotte russe ´, a-t-il déclaré.
La presse russe avait accusé l'an dernier les autorités de n'avoir livré que des demi-vérités tardives après que le Koursk eut sombré lors d'un exercice naval, après deux explosions. La deuxième a été attribuée à l'explosion du stock de torpilles qui scella le sort du sous-marin.
Les causes de la première onde de choc enregistrée n'ont toujours pas été établies par les autorités, qui ont évoqué aussi bien une collision avec un bâtiment étranger que l'explosion accidentelle d'une torpille à bord du Koursk.
Une équipe internationale de plongeurs a débuté fin juillet une opération de renflouage du Koursk. Le sous-marin devrait être remonté à la surface le mois prochain.