Société Les vols commerciaux ont repris depuis 9 mois mais les voyageurs ne se bousculent pas

ROISSY Une centaine de personnes se sont réunies jeudi dans l'aéroport de Paris-Roissy pour une cérémonie en hommage aux victimes de l'accident du Concorde d'Air France, qui a fait 113 morts, le 25 juillet 2000 à quelques kilomètres de là. Invitées par Air France, les familles des victimes se sont rassemblées devant la stèle qui a été dévoilée le 25 juillet 2001, à Roissy près du siège de la compagnie aérienne.

Concorde, qui a repris ses vols commerciaux depuis bientôt neuf mois, reste essentiellement une question de prestige pour les deux compagnies qui l'exploitent, le supersonique ayant plutôt du mal à se remplir. Le Concorde ne représentait qu'une goutte d'eau dans les comptes d'Air France et de British Airways avant l'accident du 25 juillet 2000, il y a tout juste deux ans.Cloué au sol pendant quinze mois, il a repris son service commercial le 7 novembre 2001, lors d'une opération fortement médiatisée où les modifications de sécurité ont été mises en avant. Mais l'avion reste lesté par l'impact du crash, et surtout par les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Il reste l'apanage de quelques privilégiés du monde des affaires, de la jet-set ou du spectacle.

Air France remplit avec peine ses appareils. `Nous avions un taux de remplissage de 60 % en juin´, explique un porte-parole, reconnaissant que ce mois est traditionnellement favorable pour Concorde. Il ne livre en revanche pas de chiffres pour les mois précédents, rappelant que janvier/février sont des mois `difficiles´, de même que juillet et août, peu propices aux voyages d'affaires. La flotte de la compagnie française s'est réduite à cinq Concorde, après l'accident.

British Airways, qui possède sept supersoniques, se veut positif. `Nous ne disons pas combien nous rapporte l'exploitation de Concorde, mais nous sommes très contents´, assure un porte-parole. `Beaucoup de nos passagers qui voyageaient régulièrement sur Concorde sont revenus et continuent à l'utiliser régulièrement. L'avion est aussi plein qu'avant, à environ 70 %´, ajoute-t-il.

Le prix moyen d'un aller-retour en supersonique est de 6.600 euros. Et en classe affaires, les premiers tarifs débutent à 4.264 euros.

© La Dernière Heure 2002