Société Le ministre wallon du Bien-être animal assouplit sa réglementation sur le don et la vente d’animaux sur le Web.

Depuis le 1er avril de cette année, la publicité pour la vente ou le don d’animaux ne peut plus se faire qu’à travers une revue ou un site spécialisé. Fini donc, du moins en théorie, les annonces sur Facebook et les autres réseaux sociaux, à moins d’être un refuge agréé.

En pratique, le ministre wallon du Bien-être animal, Carlo Di Antonio a tout de même prévu une procédure pour ceux qui souhaitent utiliser Facebook pour donner un chat ou un chien. Elle indique qu’il faut tout d’abord créer un groupe fermé sur Facebook et publier cette annonce sur son profil. "Souhaitant me conformer à la législation en vigueur en matière de publicité et de bien-être animal, je vous invite à rejoindre mon groupe fermé, vous y trouverez l’annonce d’un chien/chat que je souhaiterais faire adopter."

Reste ensuite à inviter ses amis à l’intérieur du groupe fermé. "Cette mesure permet de se conformer à la loi et de ne pas favoriser les adoptions et achats impulsifs. Cela contribue aussi à lutter efficacement contre les trafiquants et les gens qui exploitent les animaux dans un but mercantile", estime le ministre.

Pour être conforme à la nouvelle réglementation, l’annonce Facebook doit en outre inclure le nom, le prénom et le numéro de téléphone de l’annonceur, l’espèce de l’animal, son âge et son genre ainsi que sa race, son prix ou sa cessation à titre gratuit s’il s’agit d’un don. "Pour le moment, une forme de contrôle social s’organise et ceux qui publient illégalement se font harceler et c’est très bien. Nous allons aussi dresser des P.-V. pour les récalcitrants et peu à peu, les gens opteront pour les groupes privés, les sites et revues spécialisées et tout cela en respectant les mentions", prévoit-il.