Société

En Wallonie, les pertes d'eau sur le réseau étaient estimées à 48 piscines olympiques par jour en 2014, selon la Confédération Construction Wallonie (CCW). 

Concrètement, 4.500 litres d'eau se perdent dans la nature par kilomètre de canalisation du réseau wallon, fort de 40.100 km. "Il est important de noter que tous ces volumes d'eau perdus ont été initialement produits, et donc que le coût de production de ces mètres cubes perdus est répercuté sur la facture d'eau payée par le consommateur", souligne la CCW. 

"Pour la CCW et la Fédération wallonne des entrepreneurs de voirie (FWEV), les producteurs-distributeurs d'eau potable ne peuvent se satisfaire d'un taux de perte d'environ 25% et d'un réseau vieillissant. CCW et FWEV invitent donc les autorités régionales à fixer des objectifs en matière de fuites d'eau acceptables et demandent aux sociétés productrices et distributrices d'eau potable de consacrer les moyens nécessaires pour lutter contre les fuites d'eau et la vétusté des canalisations", souligne la CCW dans un communiqué.

"Selon ces différentes estimations, le coût de ces fuites d'eau, répercuté sur la facture du consommateur wallon, serait de 17 à 170 millions d'euros par an. Soit un surcoût de 0,1 à 1 euro/m3 facturé à ce consommateur wallon", souligne la CCW.

A Bruxelles, les pertes en eau (4.500 litres par jour par km de canalisation) sont identiques à celles de la Wallonie. En Flandre, où le réseau compte 62.000 km de canalisation, les pertes sont estimées à 2.900 litres par km.