Société

Elles envahissent peu à peu les pistes cyclables, les trottoirs et les rues. Peu encombrantes, rapides et non polluantes, les trottinettes électriques permettent de se déplacer très facilement en milieu urbain. L'entreprise ALD s'est par exemple tournée vers la trottinette électrique comme solution de mobilité.

« Aujourd'hui, les clients sont demandeurs de nouvelles solutions de mobilité, autre que les voitures de société. Il est clair que la société évolue, les demandes des travailleurs aussi, nous devons offrir des solutions pour se déplacer sur le moyen et long terme » souligne Ann Larosse, Product Manager chez ALD Automotive, une des sociétés de référence en terme de leasing (location longue durée de véhicules) et de fleet management (gestion de parcs automobiles) en Belgique.

Spécialisée dans la location longue durée de véhicules, l'entreprise propose depuis peu un tout nouveau moyen de déplacement à ses clients : des trottinettes électriques de société. « C'est une nouvelle solution de mobilité, nous prêtons des trottinettes aux cliens de façon professionnelle, comme des vélos électriques d'ailleurs » poursuit-elle. Ce moyen de transport est très apprécié par les employés, notamment pour effectuer de court trajet comme le cheminement classique domicile-gare-lieu de travail.

« On joue également sur la partie sécurité et confort en choisissant des modèles de qualité et adaptés à tous. » Et la demande est croissante ces dernières semaines concernant ce deux roues.
Pour contrer le stress liés aux embouteillages sur les routes et dans les villes belges, l’entreprise ALD Automotive propose donc d'intégrer la trottinette électrique à un contrat de leasing multimodal, voire même faire l’objet d’un leasing séparé. Le « dernier kilomètre » devient ainsi une expérience apaisante.

Le trafic sur les routes flamandes a augmenté en moyenne de 0,6 % en 2017. Dans les grandes villes et leur périphérie, ce pourcentage a même atteint 7 % à Bruxelles et 18 % à Anvers. C’est ce qui ressortait récemment du Rapport sur les indicateurs du trafic sur les autoroutes en Région flamande en 2017 réalisé par le Centre flamand du Trafic.
Selon le ‘TomTom Trafic Index’, la Wallonie n’est pas mieux lotie : les temps de trajet augmentent chaque année en moyenne de 23 % à Liège et de 22 % à Namur. Chaque année, la pression du trafic s’accroît, principalement au niveau du « dernier kilomètre » à parcourir. Dans les zones urbanisées, la pression automobile complique toujours davantage les possibilités de stationnement. Pour réduire le stress lié à ces embouteillages, ALD Automotive propose désormais la trottinette électrique dans sa gamme de solutions multimodales de leasing. L’utilisateur pourra ainsi garer son véhicule aux abords de la ville et parcourir le ou les derniers kilomètres rapidement et sans difficulté.

« C'est beaucoup plus facile à transporter qu'un vélo, plus compact et ça va même parfois plus vite, sachant qu'on peut vraiment passer partout avec. Depuis que j'ai la mienne, je vais au boulot tous les jours avec » témoigne Gilles, qui dispose depuis peu d'une trottinette électrique de société pour se rendre à son travail dans la capitale.


« Une solution de mobilité durable »

Après Troty fin juin, un deuxième système de trottinettes électriques partagées a été lancé la semaine passée à Bruxelles avec Bird. L’entreprise américaine a disséminé cent trottinettes sur le territoire bruxellois à cette occasion. En effet, le marché de la trottinette électrique partagée s’ouvre de plus en plus à la concurrence. « On reçoit de plus en plus de demandes, la trottinette électrique connaît un succès certain dans les entreprises avec lesquelles nous collaborons. Une entreprise basée à Liège a récemment passé une commande assez conséquente » note Ann Larosse, Product Manager chez ALD Automotive.

« Cette solution constitue une excellente manière d’éviter la pression de la ville, tout en faisant du bien à l’environnement, c'est vraiment une solution de mobilité durable. Dans le futur, les usagers de la route seront toujours plus nombreux à chercher des moyens de transport plus écologiques et plus conviviaux. Notre parc de solutions de mobilité est aux avant-postes de cette évolution » ajoute-t-elle. La société ALD Automotive offre donc différents modèles de trottinettes électriques, en fonction des besoins du client. Une version légère avec une autonomie de 50 kilomètres et un modèle plus lourd d’une autonomie de 70 kilomètres seront ainsi proposés.

Les deux trottinettes permettent donc de parcourir de plus longues distances et s’adressent aussi, par exemple, aux personnes qui habitent hors de la ville et n’ont pas besoin de voiture. Les trottinettes ont une vitesse maximale de 18 kilomètres par heure. Dans le futur, d’autres versions seront disponibles.

« Nous devons évoluer vers une politique de la mobilité mieux réfléchie », explique Miel Horsten, Managing Director chez ALD Automotive. « Comme société du secteur, nous prenons nos responsabilités en proposant, dès à présent, à nos clients de nouvelles options respectueuses de l’environnement. Chacun pourra ainsi mettre en place une solution de mobilité sur mesure » conclut-elle.


« La limitation de vitesse va passer de 18 km/h à 25 »

Porte-parole de l'institut Vias, Benoît Godart rappelle certaines règles de sécurité et annonce ce qui va changer dans le nouveau Code de la route.

Dans une ville engorgée comme Bruxelles,les trottinettes électriques réconcilient les professionnels avec les transports en commun, en permettant d'effectuer le premier et le dernier kilomètre. Les automobilistes y trouvent également leur compte, pouvant désormais stationner plus loin de leur lieu de travail tout en le rejoignant rapidement. Cependant, même pour les usagers de trottinette, il y a des règles à respecter. « Sur le trottoir, il faut respecter la limitation de vitesse qui va jusqu'à environ 6 km/h (la vitesse d'un marcheur), l'usager est considéré comme un piéton, et peut donc emprunter le trottoir » explique Benoît Godart, porte-parole de l'Institut Vias.

Cependant, s'il dépasse cette limite estimée à 6 km/h, la loi belge le considère comme un cycliste. Il doit alors se cantonner aux voies réservées ou à défaut à la route. « Dans le nouveau code de la route, la limitation de vitesse va passer pour ces moyens de transport de 18 km/h à 25, ce qui correspond à ce qui se vend sur le marché, les trottinettes électriques les plus utilisées aujourd'hui roulent à cette vitesse aujourd'hui » poursuit-il. Mis à part la vitesse, aucun autre changement n'est à noter dans le nouveau code de la route pour tout ce qui concerne cette législation,. Rien par exemple sur le port du casque ou encore l'âge minimum d'utilisation.

« L'évolution de la législation concernant la vitesse minimum est tout à fait logique, ce moyen de transport est un véritable symbole de la multi-modalité actuelle. Le seul problème, c'est que certains usagers roulent parfois trop vite sur le trottoir, il ne faut pas oublier qu'il faut respcter les 6 km/h quand on s'y trouve » conclut Benoît Godart.

Mais selon un article du Washington Post relayé par Slate, ce nouveau moyen de transport entraîne une hausse des accidents.

Les chiffres dévoilés par l’hôpital de Salt Lake City (Etats-Unis) sont édifiants. Entre juin et septembre 2017, huit admissions aux urgences étaient liées aux trottinettes électriques. En 2018, 21 admissions ont été enregistrées. Cela représente une hausse de 161 % en une année.

Les blessés étaient âgés de 20 à 50 ans. Selon le docteur, la plupart souffraient de fractures à la cheville, au poignet, au coude ou à l’épaule, sans les comptes les simples plaies et foulures. Seules les visites aux urgences ont été comptabilisées. 12 autres hôpitaux du pays ont relevé une augmentation de ces accidents. Un jeune homme est même décédé à Washington.