Société Mark Zuckerberg a toutefois précisé : il restera toujours une version gratuite.

Il a parfois été décontenancé (la question sur sa vie privée, où un sénateur lui a demandé s’il souhaitait dire dans quel hôtel il avait logé la veille, le renvoyant au pied du mur de la vie privée qu’il a tant et tant fissurée), souvent été désolé, parfois (un peu) plus ferme.

(...)