Société

Il y a 14 ans, la Fédération Wallonie-Bruxelles a imaginé un moyen de lutter contre la violence et le décrochage en milieu scolaire. C’est comme ça que les équipes mobiles de l’enseignement, une sorte d’association de super-héros se rendant dans les écoles en situation de crise, ont vu le jour. Depuis lors, un paquet d’établissements scolaires ont eu l’occasion de faire appel aux services de ces équipes. Rien qu’en 2017, elles ont reçu et traité pas moins de 2.048 demandes d’interventions. Le coordinateur de ce service, Bruno Sedran, nous dit tout sur les missions effectuées par ce service unique.

En quoi consistent exactement ces équipes mobiles de l’enseignement ?

"C’est un service que nous rendons à une école à la demande d’un chef d’établissement. Nous offrons un soutien dans trois grands types de domaine : le décrochage scolaire, les incidents critiques et imprévisibles et les situations de harcèlement ou de conflit."

Qu’entendez-vous par "incident critique" ?

"Ce sont des événements soudains pour lesquels il y a (...)