Société Neckermann/Thomas Cook enregistre une hausse de 50 % des réservations pour l’été prochain.

Alors que l’hiver a fait sa première véritable offensive sur notre territoire ce dimanche avec son lot de routes difficilement praticables et de trottoirs à déneiger, quoi de plus agréable que de se projeter vers les prochaines vacances au soleil... Le Belge, qui réserve traditionnellement assez tôt ses vacances, ne s’y trompe pas. Et de grandes orientations pour les vacances d’été 2018 se dégagent déjà.

La plus notable d’entre elles est assurément le retour en grâce de l’Égypte et des destinations balnéaires de la mer Rouge. Depuis plusieurs saisons, suite au contexte d’attentats et d’instabilité géopolitique dans la région, les vacanciers belges avaient quelque peu déserté les côtes égyptiennes.

Selon le tour-opérateur Neckermann/Thomas Cook, c’est désormais du passé. En effet, d’après ses réservations, le tour-opérateur peut désormais affirmer que, en 2017, un tiers de plus des vacanciers belges choisissaient l’Égypte.

Pour l’été 2018, cette tendance se confirme et se renforce avec une croissance de l’ordre de 50 % des réservations. Depuis cette année, le tourisme en Égypte reprend très nettement. Selon les chiffres de la United Nations World Tourism Organization, l’Égypte est désormais le numéro deux des pays avec la meilleure progression et notera, d’ici la fin 2017, huit millions de touristes. L’Égypte se trouve ainsi aujourd’hui à la cinquième place des destinations les plus réservées, après l’Espagne, la Turquie, la Grèce et la Tunisie. Cela signifie une amélioration de 2 places sur la liste.

L’année passée, la Bulgarie et le Maroc devançaient l’Égypte. Mieux, en ce qui concerne les vacances d’hiver qui se profilent à l’horizon, l’Égypte grimpe même à la deuxième place du classement des destinations préférées des Belges. Le pays se rapproche ainsi de l’Espagne qui, en hiver comme en été, truste la première place. Cet attrait pour les côtes égyptiennes s’explique d’une part par une normalisation du climat de tension dans la région mais aussi par le rapport qualité/prix quasiment imbattable des hôtels de luxe égyptiens.

Lorsque le Belge choisit l’Égypte, c’est avant tout pour se dorer la pilule au soleil. L’intérêt pour les vacances culturelles à destination des temples d’Abu Simbel ou des pyramides diminue.

Aujourd’hui, le Belge se tourne vers les valeurs sûres de la détente que sont Hurghada, Sharm-el-Sheikh et Marsa Alam. La plage, le soleil, le sable chaud mais aussi tous les loisirs aquatiques qui vont avec, comme la plongée. La mer Rouge est en effet l’un des spots de plongée les plus prisés par les touristes amateurs de découverte de fonds marins.