Société Dossier Bass: Interbrew pourrait devoir céder l'un des fleurons

BRUXELLES L'administration de la concurrence britannique (Office of Fair Trading) vient de remettre son avis dans le dossier du rachat du brasseur Bass par le groupe brassicole belge Interbrew. Cet Office recommande la cession de Carling, l'une des marques fortes de Bass.
Contacté par l'agence Belga, Corneel Maes, porte-parole d'Interbrew n'a pas souhaité faire de commentaire. "Avant de nous prononcer, nous attendons la décision de la secrétaire d'Etat. Nous ne savons pas quand cette décision tombera", a déclaré M. Maes.

31% de parts de marché

Dorénavant, la balle est dans le camp de Patricia Hewitt, la nouvelle secrétaire d'Etat au commerce et à l'Industrie.Pour l'heure, Interbew est numéro un sur le marché britannique avec 31% des parts de marché outre-Manche.Si le groupe belge se voit contraint de céder Carling, il retombera à la troisième place sur le marché britannique derrière Scottish&Newcastle et Carling.
Pour rappel, Bass Brewers est le deuxième brasseur et le premier exportateur de bières au Royaume-Uni et génère un chiffre d'affaires de 1,8 milliard de livres (115 milliards de francs, 28,5 millions d'euros).La société possède six brasseries au Royaume-Uni et trois en Tchéquie. Elle détient un portefeuille de marques fortes parmi lesquelles figurent Bass, Carling, Tennent's, Worthington et Caffrey's.Interbrew, numéro deux mondial de la bière par le volume de ses ventes, est présent dans 19 pays.
Le géant belge a en fait doublé de taille depuis 1995, principalement en prenant petit à petit le contrôle de marques à l'étranger et en en faisant localement les numéros un ou deux.
En 1995, il a racheté le Canadien John Labatt avant de s'offrir voilà un an le Britannique Bass Brewers et, voilà une semaine à peine, l'Allemand Beck's, le numéro 4 sur le marché d'outre-Rhin.
Une progression qui ne semble pas devoir s'arrêter de si tôt.