La cyber-criminalité en Belgique rapporterait un à trois milliards

D.Ha. Publié le - Mis à jour le

Société

Le hacking est à la mode et les plaintes déposées via le portail eCops explosent…

BRUXELLES “Un à trois milliards” , c’est l’estimation de ce que rapporte la criminalité informatique en Belgique, selon la Direction de la lutte contre la criminalité économique et financière (DJF).

Des chiffres qui ne peuvent être précisés davantage parce que sept modèles mathématiques ont dû être utilisés pour les obtenir et qu’ils ont donc révélé autant de résultats.

Hacking

1.026 hackings signalés en 2011 contre 831 en 2010 et 305 en 2005. En outre : 2011 est sans conteste l’année de l’“hacktivisme” , note la DJF dans son rapport d’activités 2011 en se référant bien entendu aux actions faites au nom d’Anonymous .

Même si “elles se sont produites à l’étranger , souligne la DJF, elles ont pu avoir des répercussions importantes en Belgique” . Et de citer en exemple : “Le hacking du réseau Sony Playstation Network sur des serveurs aux États-Unis, au cours duquel les données personnelles de 670.000 utilisateurs belges ont été interceptées.”

e-Cops

Un tiers de dénonciations enregistrées en plus par rapport à 2010 : 24.220 dénonciations en 2011 contre 18.441 en 2010. Pourquoi ? Mis en service pour recueillir le signalement de délits en relation avec la Belgique commis sur ou via l’internet , notamment en ce qui concerne la pédopornographie, le portail Internet eCops reçoit aujourd’hui des plaintes pour toutes sortes de méfaits dont sont victimes les citoyens au quotidien ! Un portail à ne pas confondre – donc – avec police on web qui permet, lui, de déposer une plainte en ligne pour des vols, des dégradations, etc.

Escroqueries online

Sensible baisse observée avec 5.052 faits enregistrés – fausses loteries, faux héritages, fraude à l’émotion, etc. – en 2010 contre 4.632 en 2011. En sus, 295 sites de phishing – soit des sites qui récupèrent à l’insu des internautes leurs données personnelles – ont pu être bloqués au plus vite par la Federal Computer Crime Unit (FCCU). Et 19 suspects belges ont aussi été identifiés fin 2011 dans le cadre d’une action internationale coordonnée par Europol contre la pornographie enfantine sur le net. Une opération qui avait permis d’identifier 269 suspects disséminés dans 22 pays.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner