La frite, symbole de l’union belge

M. L. Publié le - Mis à jour le

Société

Pour la première fois, Bruxelles intègre la semaine de la frite, de l’Union des frituristes

BRUXELLES “Même si on n’a pas de gouvernement, au moins, en matière de frites, on n’aura pas à s’en priver” , s’est exclamé le président de l’Union nationale des frituristes (Unafri), Bernard Lefèvre, hier à l’occasion de la présentation de la semaine de la frite.

Première dans l’histoire de cet événement bien de chez nous – même si, d’un point de vue historique, rien n’indique que la frite est apparue dans nos plates contrées : Bruxelles participe à l’événement.

“Bruxelles ne pouvait que s’associer à cette démarche. […] Face à la concurrence de plus en plus nombreuse des snacks proposant frites et autres pitas et durums, je pense qu’il nous faut nous mobiliser, nous pouvoirs publics, pour que ce qui constitue assurément un élément du patrimoine et du folklore bruxellois puisse continuer à être perpétué” , expliquait Benoît Cerexhe, qui estime encore “qu’en cette période tourmentée sur le plan communautaire, il est particulièrement positif de constater qu’une initiative régionale finit par fédérer l’ensemble du pays, à l’image de ce symbole qu’est la frite” .

Faut oser. Mais il y a mieux. D’autres n’hésitent pas à qualifier ce bout de pomme de terre trempé dans l’huile bouillante comme étant un véritable “patrimoine gastronomique, culturel et touristique inéluctable” pour la Belgique… Rien que ça ! La frite, événement culturel… Là aussi, il faut oser. C’est pourtant sous cet angle que s’ouvrira cette semaine de la frite, prévue aux quatre coins du pays du 29 novembre au 5 décembre prochain.

La partie la plus intéressante de l’événement consiste en réalité à aller chercher des bons de réduction sur le site web de l’événement auprès des baraques à frites participantes.

en savoir plus

www.semainedelafrite.be



© La Dernière Heure 2010
Publicité clickBoxBanner