La musique va-t-elle de pair avec le sexe et la drogue?

S.C Publié le - Mis à jour le

Société

Il semblerait également que le célèbre adage « sexe, drogue et rock’n roll » se vérifie


BRUXELLES Selon une étude réalisée au centre médical de Rotterdam, les adolescents et les jeunes adultes qui écoutent régulièrement de la musique à niveau élevé consommeraient plus facilement de la drogue et tendraient vers des rapports sexuels à risque.

Si écouter de la musique très fort dans son lecteur Mp3 peut endommager l’audition, il semblerait également que le célèbre adage « sexe, drogue et rock’n roll » se vérifie.

Cette enquête du Dr Vogel Ineke de l’Erasmus MC à Rotterdam a été menée auprès de 944 étudiants âgés de 15 à 25 ans. Ils ont été interrogés sur la fréquence et le volume d’écoute musicale lors de concerts, via leur Mp3 et en discothèque. Le niveau sonore à risque s’élève à 89 décibels, un volume comparable à une tondeuse à gazon.

Parmi ces étudiants, les fous du volumes sont deux fois plus nombreux à avoir consommé de l’herbe dans le mois que les personnes qui écoutent modérément leur musique. Et ceux qui fréquentent les concerts et les boîtes de nuit ont six fois plus de risques de consommer trop d’alcool, d’avoir des rapports sexuels non protégés. Ils sont également plus agressifs.

Quant à savoir quelle musique provoque quel comportement, l’étude n’en tient pas compte. Donc si « la musique adoucit les mœurs », l’écouter trop fort contredit visiblement le proverbe…



© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner