Société

Il n’y a pas de recensement officiel du nombre de nobles en Belgique. Ils sont estimés entre 25.000 et 35.000

BRUXELLES L’année dernière, à quelques heures de célébrer notre Fête nationale, le roi Albert II n’a accordé aucune faveur nobiliaire, comme il est de coutume de le faire à pareille date. Gouvernement démissionnaire oblige, en 2011, aucun Belge n’a donc été anobli. Et c’était déjà le cas en 2010, dans pareil marasme politique. 2012 mettra donc fin au gel des anoblissements…

Mais si, ces deux dernières années, aucun Belge méritant ne s’est donc vu anobli par le Roi, en 2009 ils étaient une douzaine à se partager les titres de chevalier et de baron (le titre le plus fréquemment attribué ces dernières années). Après que la commission d’avis du Conseil de la noblesse (dépendant du ministère des Affaires étrangères) a soumis quelques noms – du monde des affaires, de la recherche, de l’art ou encore du mécénat – au Roi (le système fonctionne ainsi depuis 1978), qui les valide. Parmi la liste de ces personnes honorées annuellement, “et toujours au nombre de 12 à 15”, nous explique Paul De Win, du Conseil de la noblesse, se retrouvent aussi des personnalités proches de la famille royale.

Ce système d’anoblissement par le Roi est évidemment garant d’une non-extinction de la noblesse. La Belgique est en effet l’un des rares pays européens à encore accorder des faveurs nobiliaires. “Continuer à anoblir, c’est une particularité de notre pays, nous confie un comte belge, ne souhaitant pas divulguer son identité. Contrairement à la France, où la noblesse a longtemps été très présente et où elle finira un jour par disparaître.”

Aujourd’hui, la Belgique compterait quelque 35.000 nobles. Un chiffre pas confirmé car… il n’existe aucun recensement officiel de la noblesse en Belgique. Pour d’autres, son importance serait moindre : de 25.000 à 30.000 nobles.

Mais une chose est sûre, de nombreux nobles belges cherchent à entrer en relation avec d’autres personnes de leur rang. Ils sont près de 14.000 à avoir adhéré à l’Association de la noblesse du royaume de Belgique (ANRB), “afin d’entretenir des relations avec des membres de la noblesse en Belgique” (lire ci dessous).

Des nobles qui, géographiquement, se retrouvent principalement dans les provinces du Brabant wallon et du Brabant flamand. Viennent ensuite les provinces d’Anvers et de Namur, alors que très peu de nobles occupent aujourd’hui les provinces de Luxembourg et de Limbourg.

Si ce sont surtout les titres de baron et de chevalier qui sont aujourd’hui accordés par le Roi, ceux de marquis, duc et prince ne sont plus concédés.

Les familles de comtes, vicomtes et autres sont plus nombreuses dans la hiérarchie nobiliaire. Mais qu’on ne s’y trompe pas, insiste notre interlocuteur : “On peut être noble sans avoir de titre !”



© La Dernière Heure 2012