Société La capitale française expérimente des pissotières qui se veulent écologiques et sans odeur.

En plein cœur de Paris, il est désormais possible d’apercevoir de petits rectangles de couleur rouge surmontés de plantes. Il s’agit en fait de pissotières écologiques et sans odeur installées dans plusieurs quartiers parisiens. "L’urine est stockée avec de la matière sèche (dans ce cas-ci de la paille) qui peut ensuite être transformée en compost", explique à l’AFP Laurent Lebot, l’un des deux designers de l’entreprise Faltazi. Malgré ses caractéristiques écologiques, cette invention nantaise ne fait pas l’unanimité.

En effet , certains restent sceptiques quant à l’esthétisme de ces urinoirs et leurs propensions à faire baisser les incivilités en ville. Toujours à nos confrères de l’AFP, Laurent Lebot confesse le paradoxe d’un "outil pensé pour la nuit, mais visible le jour".

En ce qui concerne les incivilités, pas sûr que ce concept les fasse diminuer. En effet, certaines pissotières sont déjà dégradées par des mégots de cigarettes et des bouteilles en plastique. Sans parler des plantes sans vie, complètement fanées. Mais la critique la plus fréquente vient du sexe féminin : "Et les femmes, comment font-elles ?"

"Pour des questions d’intimité, il est indispensable d’offrir une cabine aux femmes. L’uritrottoir a pour intérêt de délester les sanisettes existantes […], ainsi davantage réservées aux femmes", fait valoir l’entreprise.