Société Le nombre de cas de dommages-intérêts réclamés l’an dernier s’élevait à 203.

On le sait, la police fédérale est tenue de respecter certains codes lorsqu’elle circule sur la voie publique. En fonction de la situation, seuls les gyrophares sont parfois nécessaires alors que dans d’autres cas, il faut également activer les sirènes. Ce qui ne signifie pas que la police doit pour autant ne pas tenir compte de la circulation et foncer malgré les obstacles.

Hélas, parfois, des accidents sont causés lors de ces interventions. Des accidents qui résultent, il arrive, de la seule responsabilité du policier au volant. Ainsi, l’an dernier, un membre du personnel de la police fédérale a dû rembourser de sa poche la somme de 7.103 euros après avoir causé un accident en commettant une infraction au code de la route.

Les sinistres coûtent cher à la police fédérale. Très cher. Comme le démontrent les chiffres fournis par le ministre de l’Intérieur Jan Jambon en réponse à une question parlementaire, l’an dernier, ces sinistres ont atteint la somme de 490.136 euros ! 47 % des indemnités payées concernaient des dommages matériels et 53 % des dommages corporels.

Pour 2015, cette somme des indemnités réclamées, grimpait à 649.832 euros (49 % de dommages matériels, 51 % de dommages corporels). Et enfin pour 2017, le coût de ces indemnités versés, était de 762.693 euros.

En 2014, ces montants concernaient 231 dossiers. 239 en 2015 et enfin 203 l’an dernier.