Société La smart mobility est en plein boom. Votre voiture ou smartphone sont les maillons d’une chaîne d’infos au potentiel énorme!

Le degré de congestion du ring de Bruxelles ou d’Anvers ces dernières 48 heures a l’air de contredire l’agenda, mais nous achevons la semaine de la mobilité. Une période où les Belges s’interrogent, plus que jamais, sur l’intermodalité, les chantiers et leur gestion, les files à rallonge. Et leurs solutions. Parmi elles, un créneau est en plein boom : la smart mobility. Qui consiste à exploiter ce que les technologies connectées sont capables de fournir comme data , et d’en tirer des conclusions permettant de soulager nos artères et nos nerfs.

Be-Mobile, société belge active dans le secteur depuis onze ans, world leader en la matière, telle qu’elle se décrit sur son site, fait partie du lot. Engloutie par Proximus en 2016, Be-Mobile, c’est déjà, par exemple, le paiement de votre place de parking par SMS au 4411, solution que vous pouvez croiser à Bruxelles, Charleroi, Anvers, Bruges…

Philippe Taillieu, co-CEO de l’entreprise, nous détaille le boom que connaît le secteur. "En Belgique, nous n’en sommes sans doute encore qu’aux débuts même si ces débuts sont déjà bien engagés. Il faut bien comprendre que les projets que nous concrétisons incluent, systématiquement, plusieurs niveaux de pouvoir, des communes aux Régions en passant par le fédéral. Sur les 25 millions de chiffre d’affaires que nous dégageons, plus de la moitié vient du public. Nous n’en sommes pas encore à un stade comme aux Pays-Bas, où l’intérêt de la smart mobility a convaincu les autorités depuis bien longtemps. Mais les choses progressent en Belgique, et certains systèmes dont nous disposons sont à la pointe européenne. C’est par exemple le cas de ViaPass, le système de tarification intelligente mis en place pour les poids lourds transitant sur les routes belges. Malgré quelques ratés au début, la technologie embarquée dans ce système est vraiment à la pointe. Et la Belgique est techniquement tout à fait prête à l’adapter au particulier. Idéologiquement, c’est une autre question…"

Le travail de Be-Mobile, comme de ses congénères ? Il réside en quatre points.

(...)