Société Une quête qui requiert près de 5 mois en moyenne, selon une étude d’Immoweb.

Le géant de l’immobilier Immoweb a récemment réalisé une enquête auprès d’un panel de 9.969 personnes au sujet de l’achat de leur maison ou de la recherche d’un bien immobilier. Et manifestement, c’est une mission dans laquelle le Belge se jette corps et âme !

"En moyenne, les acheteurs qui recherchent une maison existante (excluant donc les personnes désirant construire ou cherchant une maison en construction) affirment avoir visité 12 maisons, à un rythme de 2,5 maisons par mois, avant d’acheter", souligne l’étude.

En ce qui concerne l’achat d’une maison neuve, la recherche dure moins longtemps mais s’avère plus intense : les acheteurs de neuf visitent en moyenne 9 biens à un rythme de 4 biens par mois avant de procéder à l’achat.

Avant de visiter le bien, il y a toutefois l’étape de la recherche d’offres, la plupart du temps sous la forme de petites annonces sur les sites web ou dans les journaux/magazines. Et ici, les chiffres montent : en moyenne, les acheteurs potentiels consultent 20 annonces par mois. "Après avoir pris connaissance de l’offre, les Belges font le tri : ils ne se renseignent que sur 4 à 5 biens par mois, sans pour autant entrer en contact avec le vendeur/l’agence immobilière."

De plus, près de 2 acheteurs sur 3 ont déclaré être "passés devant le bien" avant de contacter l’agent ou le propriétaire. "L’image qui ressort de ces chiffres est très claire : le Belge prépare assidument son achat, au point où la recherche de la maison devient presque un passe-temps. En retour, il obtient une maison qui correspond au mieux à ses critères", souligne Valentin Cogels, CEO d’Immoweb.

Enfin, notons qu’on est en plein cœur d’une période d’intense chasse immobilière : le beau temps pousse en effet bon nombre de Belges à entamer (ou reprendre) la chasse à la maison de leur rêve, constate la plate-forme, sur base de ses statistiques visiteurs. La baisse des droits d’enregistrements en Flandre, qui passent de 10 % à 7 %, n’y est sans doute pas étrangère non plus.

Acheteurs, vous êtes prévenus. Vendeurs aussi !