Société Des paroisses prennent des mesures pour limiter les envies de dépense des parents.

Impossible de dire combien d’enfants feront leur communion ou leur confirmation cette année mais, si l’on en croit les commerçants, l’évènement représente toujours une occasion propice aux affaires. Robe de princesse pour les filles, costume trois pièces pour les garçons, passage chez le coiffeur, buffet luxueux… Si les parents ne doivent pas débourser un centime pour la cérémonie religieuse, ils sont nombreux à mettre la main au portefeuille pour faire de cette journée un souvenir mémorable pour toute la famille. Le business des communions n’a pas l’air de souffrir de la crise.

Les traiteurs arrivent en première ligne. C’est en effet un des services préférés des parents de communiant.

"On en a pas mal encore cette année. On a même plus de commandes pour des communions que l’année passée", confirme la directrice de Choux de Bruxelles, un traiteur de la capitale. Les communions représentent une part non négligeable du chiffre d’affaires de cette entreprise. "Le plus petit buffet qu’on a cette année est pour douze personnes, sinon ça va de 60 à 120 personnes et il faut compter entre 80 et 120 euros par convive."

(...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.