Société Le regain d’intérêt pour la photo imprimée, sauce vintage, profite surtout à Fujifilm...

C’est l’histoire d’un écosystème complètement anachronique, et plutôt restreint.

Anachronique parce que, qui eut cru, il y a quinze ans, en pleine fièvre numérique, que la photo argentique avait encore un sens et un avenir ?

Restreint dans le sens où il compte peu d’acteurs : le leader absolu Fujifilm, le pilier historique déchu puis racheté par Polaroid, et quelques challengers talentueux (Rolleiflex, Lomo, Prynt).

En revanche, ce qui n’est pas restreint, c’est la popularité de la pratique : la photo instantanée gagne, de mois en mois, de plus en plus d’addicts; attirés par l’aspect rétro, immédiat et fun des appareils photo à impression immédiate. Instagram, avec son format de photos carrées, a beaucoup fait pour le retour du phénomène également.

Pourtant, tout n’était pas gagné d’avance. Fujifilm, l’un des premiers à croire au retour de ce format en 1998 en ciblant les lycéennes japonaises, doit attendre 2002 avant de voir les ventes de l’Instax enfin décoller. Elles culminent alors à un million d’unités… avant de s’écrouler à moins de 30.000 pièces deux ans plus tard à cause, essentiellement, de l’essor des premiers téléphones mobiles pourvus d’un appareil photo. Les Instax vivotent jusqu’à 2009, puis surtout 2015. L’appareil chic et rétro commence à peser en Europe et aux États-Unis, où sa progression bondit à + 76 %.

Aujourd’hui ? Fuji écoule près de 7,5 millions d’Instax par an dans le monde ! Son best-seller reste l’Instax Mini 9 (+/- 80 €) et ses tons pastel.

Toutefois, le vrai business, pour le leader du marché comme ses concurrents, réside dans la vente de papier-film, commercialisé près d’un euro par cliché. À tel point qu’à ce jour, il se dit que ce sont les recettes des films Instax qui permettent à l’entreprise nippone de continuer à développer et vendre des appareils photo numériques…

Autre tendance qui marque les esprits : l’essor de mini imprimantes nomades, sur batterie, qui permettent de tirer de petits clichés personnalisables depuis votre smartphone. Mais de cela, on vous parle plus longuement dans la rubrique High-Tech de votre DH Mag, à paraître ce samedi…