Société Son épouse, Catherine Middleton, y a vécu deux ans

C’est à la demande du gouvernement britannique que le prince William, duc de Cambridge, s’est rendu cette semaine en visite au Proche-Orient. Première halte en Jordanie où le fils du prince de Galles a été reçu par le prince héritier Hussein. Le jeune prince représentait son père le roi Abdallah en déplacement aux États-Unis.

William et Hussein ont passé la première soirée à regarder le match Angleterre-Panama depuis un vaste salon du palais royal, aménagé avec télé à écran plat digne d’un cinéma. Le prince William qui est patron de l’équipe d’Angleterre, savourait son bonheur avec une éclatante victoire par 6-1.

Le lendemain, les deux princes étaient en visite sur le site historique de Jerash. Une grande photo posée sur chevalet attendait le prince William. Il s’agissait d’un cliché de son épouse la duchesse de Cambridge, enfant avec son père Michael Middleton et sa sœur Pippa dans les ruines de Jerash.

On ne le sait pas toujours mais Kate a vécu en Jordanie entre mai 1984 et septembre 1986. Née en 1981, elle y a passé sa petite enfance alors que ses parents étaient en poste pour British Airways. La famille résidait dans le quartier résidentiel de Um Uthainah à Amman.

Kate a fréquenté le jardin d’enfants d’Al Saheera où elle apprit comme les autres élèves des comptines en arabe. Elle prenait sur place le petit-déjeuner local : pain, fromage blanc, olives et houmous.

Les Middleton conservent un excellent souvenir de ces deux années à l’étranger. Tous les week-ends, ils partaient à la découverte de la Jordanie du Wadi Rum à Petra en passant par Jerash. Le prince William a d’ailleurs déclaré au prince héritier Hussein que la prochaine fois, il reviendrait avec son épouse et leurs enfants.

En Israël, le prince a déposé au couvent Sainte Marie Madeleine au Mont des Oliviers une gerbe de fleurs sur la tombe de son arrière-grand-mère paternelle la princesse Alice de Battenberg, épouse du prince André de Grèce, mère du duc d’Edimbourg. Entrée en religion après le décès de son époux dont elle vivait séparée, elle fut très active dans la résistance en Grèce lors de la Seconde Guerre Mondiale. Elle termina ses jours au palais de Buckingham où elle s’est éteinte en 1969. Son souhait avait toujours été d’être inhumée à Jérusalem, ce qui put se concrétiser en 1988.