Société

Par contre, la Sécu belge ne remboursait plus les soins "programmés", dûment planifiés


BRUXELLES) Le 1er mai verra un changement important dans la manière dont les retraités belges établis à l'étranger peuvent voir leurs soins médicaux remboursés, puisqu'ils disposeront d'un nouveau "droit au retour" pour se faire soigner en Belgique, annonce vendredi le journal Le Soir. Jusqu'à présent, un retraité Belge expatrié et domicilié dans un pays de l'Union européenne dépendait de ce pays pour les soins reçus, qu'il s'agisse des soins d'urgence ou des soins programmés.

S'il était amené à revenir temporairement en Belgique, il était considéré comme un "étranger" par la Sécu belge qui lui remboursait les frais d'urgence indispensables et imprévisibles, exactement comme à tout étranger européen en visite en Belgique et pourvu de sa carte européenne d'assurance maladie. Par contre, la Sécu belge ne remboursait plus les soins "programmés", dûment planifiés.

Toutefois, à partir du 1er mai et grâce à l'entrée en vigueur de plusieurs règlements européens, le Belge expatrié pourra désormais se faire soigner de manière programmée en Belgique et bénéficier des soins à un tarif identique que s'il était resté domicilié au pays.

Il pourra même utiliser sa carte SIS (ou en redemander une nouvelle) en Belgique, mais en s'adressant à sa mutualité belge et plus à son pays de résidence.
"L'Union européenne entendait simplifier les choses, mais ce ne sera pas vraiment le cas, puisque seuls 10 pays sur 27 vont appliquer ce droit au retour", explique Christian Horemans, expert auprès de l'Union des mutualités libres. C'est le cas de la France, des Pays-Bas et de l'Allemagne.

© La Dernière Heure 2010