Société Des milliers d’euros sont reversés à des associations et œuvres caritatives.

Le calendrier des Dieux du Stade est probablement l’un des plus connus. En Belgique, ils sont nombreux à laisser tomber les vêtements pour la bonne cause. Les pompiers de Liège ou de Bruxelles se mettent à nu presque tous les ans devant l’objectif d’un photographe professionnel.

Dans le sport aussi, les initiatives se multiplient. L’équipe de hockey du Old Club Liège n’en est pas à sa première édition. Cette année, les joueurs de Water-polo bruxellois, les Mannekenfish, se sont mis à nu. Ils le font un an sur deux.

Mais est-ce que ça marche ? Tous ceux que nous avons appelés sont catégoriques : oui, le succès est au rendez-vous.

"En 2017, nous avons récolté près de 25.000 euros", détaille Phong Hoang, du service communication des pompiers de Bruxelles. Les hommes du Siamu bruxellois ont procédé, ce 4 décembre, à la remise des bénéfices de la vente de leurs calendriers 2017. "Nous avons reversé 20.000 euros à trois associations. Les 5.000 euros restant serviront à financer le prochain calendrier, celui de 2019."

Car, si le photographe travaille généralement à prix réduit, voire bénévolement, l’impression et la distribution de ces calendriers constituent des frais importants.

Du côté de l’amicale de la caserne des pompiers de Liège, qui, pour des raisons logistiques n’a pas pu le faire cette année, on constate cependant une petite "régression" des ventes au fil des ans. "Mais cela fonctionne toujours bien", indique la coprésidente de l’Amicale, Patricia Savioli. "Une grande partie est distribuée aux associations. L’autre partie est pour l’Amicale."

D’autres initiatives visent à sensibiliser le public à certaines maladies. Des étudiants de l’ULB posaient sans tissu pour sensibiliser aux maladies sexuellement transmissibles.

Cette année, l’association française du Syndrome de Rett, dans laquelle des familles belges sont actives, des pères dont les filles sont atteintes par la maladie rare posent nus dans des situations quotidiennes : paperasses administratives, milieu hospitalier… Il est vendu au prix de 15 euros. La totalité des bénéfices sera reversée à l’Association française du syndrome de Rett.