Société

La consommation de drogues n’est pas exclusivement réservée aux humains, indique un article de Sciences et Avenir. 

Plusieurs autres représentants du règne animal sont de grands amateurs de substances diverses et variées. L’exemple le plus connu est celui du chat, accro à l’herbe à chat. Cette plante libère une molécule chimique qui active le déclenchement de phéromones sexuelles. En quelques minutes seulement, les chats vont se mettre à renifler, se rouler à terre, lécher ou se frotter contre des objets, faire des étirements, des sauts ou somnoler. Des chercheurs suggèrent également que les chats auraient des hallucinations. Les moutons des montagnes se mettent en danger pour manger du lichen hallucinogène. 

Ils n’hésitent pas à dévier de leur trajectoire pour s’en procurer. Quant aux caribous, ils sont très friands de certains champignons hallucinogènes. À la recherche de nourriture, ces animaux vont déterrer des amanites tue-mouches congelés sous la neige hivernale. Après les avoir mangées, ils présentent souvent un comportement similaire à l’ivresse. Des caribous ont notamment été observés se mettant à courir sans but et sans raison, secouant la tête et faisant du bruit.