Société La tendance est visible depuis environ cinq ans d’après Assuralia.

De plus en plus de Belges investissent dans les deux-roues ces dernières années. Une tendance qui pousse notamment les assureurs à développer des offres spécifiques concernant le vol de ce moyen de transport à la mode en ce moment. "On s’adapte à ce nouveau marché. Nous avons vu émerger ce phénomène. Nous avons bien entendu adapté nos offres depuis cinq bonnes années. Aujourd’hui, beaucoup de compagnies offrent des produits pour assurer les vélos en cas de vol. Il y a quelques années ces offres-là disparaissaient petit à petit", explique Wauthier Robyns, porte-parole de l’union professionnelle des entreprises d’assurances (Assuralia).

L’augmentation est difficile à chiffrer puisque chaque compagnie dispose de son propre portefeuille clients. Mais toutes les entreprises d’assurance contactées confirment qu’en nombre absolu, il y a une augmentation. C’est notamment le cas de Callant, spécialiste dans le domaine depuis de nombreuses années. "La mode du vélo entraîne forcément une augmentation du nombre de souscriptions. Cela dit, il n’y a pas simplement une augmentation des assurances, donc il faut relativiser. Mais, c’est clair que de plus en plus de personnes n’hésitent pas à souscrire une assurance", raconte le responsable de la communication de Callant.

Les chiffres en termes de vol restent stables au cours des dernières années dans notre pays. La police fédérale en comptabilise chaque année environ 35.000 unités. Pourtant, les assureurs estiment que les vols augmentent dans la même proportion que les souscriptions à leurs produits. La raison se trouve dans le type de bicyclettes. "Cela touche plus les vélos de moyenne ou de haut de gamme. Les électriques sont incontournables dans cette analyse car ils valent souvent cher. Il y a aussi plus d’assurances souscrites pour des modèles chers. Le consommateur estime s’il est nécessaire d’en prendre une en fonction de la valeur de son deux-roues", détaille Wauthier Robyns.

L’assurance pour le vol de vélo a un coût pour le consommateur qui souscrit. Cela varie en fonction de la valeur d’achat du vélo et de la multitude des offres. La souscription ne vaut que pour une bicyclette neuve et pour une période maximale de cinq ans. "Après cette durée, il est considéré comme vétuste. Chez nous, il est aussi possible de s’assurer chaque année pendant une période de cinq ans", commente-t-on chez Callant.

Le remboursement en cas de vol se fait en général en nature. Les assureurs entendent par là que le remplacement par un vélo équivalent à celui perdu. La preuve de la disparition n’est, quant à elle, pas toujours simple à apporter. Il est conseillé de déposer plainte à la police, mais aussi d’être en possession des deux clés du cadenas qui sécurisait la bicyclette au moment du méfait.